Le Mur, texte et mise en scène de Philippe Delaigue – La Fédération -, avec Léa Menahem et Jimmy Marais.

Photo : Garance Li.

LaFederation-LeMur-juin19-garanceli-081.jpg

Le Mur, texte et mise en scène de Philippe Delaigue – La Fédération -, avec Léa Menahem et Jimmy Marais.

Un bel éloge de l’art du clown, à travers deux interprètes de talent, Léa Menahem et Jimmy Marais, dirigés par un metteur en scène non moins éclairé, Philippe Delaigue.

Maurice et Nardimou, les deux clowns, réinventent, par le biais du mythe de Pyrame et Thisbé, un autre spectacle imaginé presque naturellement, en lien direct avec notre époque sécuritaire à relents nationalistes – élévation de barrières, de barrages et de frontières -, intitulé Le Mur, métaphore de tous les enfermements politiques.

Philippe Delaigue, éloigné jusqu’alors de l’univers des clowns, découvre dans cette écriture « pour des créatures qui  n’appartiennent ni au temps ni à l’histoire », des trésors d’inspiration, voire une révélation, la découverte d’une machine à rêve.

L’existence de ces êtres non répertoriés et non territorialisés correspondent à la condition éprouvée par tous les migrants d’aujourd‘hui, déplacés, exilés, errants.

Nulle psychologie, mais la réalité âcre d’une vie tissée de violence et d’arbitraire.

Interrogatoire récurrent, ritualisé et déconnecté de tout contexte d’humanité :

« Qui êtes-vous ? D’où venez-vous ? Où allez-vous ? Que faites-vous là ? »

Les questions sont brutales et les réponses forcément aléatoires et morcelées, puisque la vérité d’une vie ne peut être réduite à quelques phrases dites objectives.

Une terre nommée un peu trop approximativement terre d’accueil, qui est éprouvée comme terre étrangère, terre de méfiance et de doutes. Les réponses hésitent, quand on se croit remis en question, atteint dans son être, agressé dans son identité.

D’où une parenté de condition, entre nos deux clowns – des créatures étranges et non inventoriées – et les dits « migrants ». Cette tonalité poétique résonne avec les problématiques de l’exil, du passage, du déracinement, telle une réplique tectonique, à la fois symbolique et vibrante, sans la dimension tragique de la situation d’exilé.

Nardimou et Maurice ne répondent à nulle histoire qui relèverait d’une biographie inscrite dans la brutalité de nos temps – nul signe de psychologie ou de société.

Ils sont des figures d’étrangeté atemporelles qui se rapprocheraient de l’enfance.

Ces créatures contiennent tous les récits possibles – porteuses d’un costume, d’une voix et d’une allure non identifiables, mais receleuses d’une humanité et d’une âme.

Aux deux clowns d’incarner les postures individuelles et collectives de toute société : les figures populaires et conventionnelles comme celles plus confidentielles. Les artistes interprètent et rendent d’emblée discernable les autres et leur singularité.

La compagnie de La Fédération cite Henri Michaux : « Perdu en un endroit lointain, ou même pas, Sans nom, sans identité, Clown, abattant dans la risée, dans le grotesque, le sens que contre toute lumière je m’étais fait de mon importance. »

Aux côtés de Léna Menahem et de Jimmy Marais, la musique et les sons de Philippe Giordani, l’univers froid et anonyme des paroles enregistrées, qui n’ont pas de corps.

Les clowns, eux, ont un corps lourd et maladroit, silhouette empruntée, mobilité non déliée – bras gourds mais doigts des mains éloquents, traducteurs d’envol -, et c’est à l’intérieur même de cette esthétique non conformiste qu’ils rayonnent de grâce,

Jeu de mots et amusements langagiers, bégaiements, arrêts et inversions des ordres grammaticaux dans la phrase, balbutiements, borborygmes, la poésie se déclare.

Pour Léna Menahem, le clown ne peut s’accomplir selon les attentes sociales : il naît à la vie d’un échec et d’une frustration qui l’associent à un désenchantement caché face à la vie, une résistance immédiate qui, en échange, ré-enchante le monde.

Art du silence et d’une parole désordonnée mais significative, heurts et réconciliation, le clown triste et joyeux tend des bras tendres au public ensorcelé. Allons les voir.

Véronique Hotte

Festival d’Avignon OFF, Présence Pasteur à Avignon, du 5 au 28 juillet à 16h16, relâches les 10, 17 et 24 juillet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s