Festival Interceltique de Lorient du 3 au 12 août (FIL 2018) – Orchestre Symphonique de Bretagne avec Catrin Finch (Pays de Galles) et Seckou Keita (Sénégal) et l’invité Alan Stivell

Crédit photo : Candy Morgan

catrin-seckou-candy-morgan.jpg

Orchestre Symphonique de Bretagne avec Catrin Finch (Pays de Galles) et Seckou Keita (Sénégal) et l’invité Alan Stivell

La Galloise Catrin Finch, surnommée « la reine des harpes », est une harpiste internationale dont les performances vont du Royaume-Uni à la planète entière. Elle est accompagnée sur scène par l’artiste sénégalais multi-instrumentiste Seckou Keita qui joue aussi bien de la kora, du djembé que de la harpe à vingt-deux cordes.

Les deux instrumentistes talentueux, qui se sont rencontrés en 2012, ont produit un album commun en 2013 dont le public lorientais a déjà pu goûter la teneur en 2014. Pour le FIL 2018, la même collaboration culturelle  bat son plein sur le plateau de l’Espace Marine – bonnet blanc pour Seckou Keita de blanc vêtu, et coiffe de plumes noires et moirées pour la scintillante Catrin Finch qui cache son visage au public.

Un conciliabule à n’en plus finir entre la note blanche et la note noire, l’homme noir et la femme blanche – Ebony andIvory – les uns et les autres, tous semblables et profondément ouverts à l’altérité et à la découverte. Le dialogue culturel est de belle curiosité constructive : les ressemblances bannissent définitivement les différences.

Cette rencontre artistique se révèle tenace dans sa richesse à l’occasion de la sortie d’un nouvel album, SOAR, dont la migration et les voyages son les leitmotivs.

Exploration et célébration des différences et des parallèles entre instruments et cultures – mélodies, rythmes, instruments anciens et acoustique électronique, la tendance au jazz-rock est perceptible, tout en préservant une facture classique.

Un moment festif et musical d’autant plus inattendu qu’est présent autour des deux musiciens l’Orchestre Symphonique de Bretagne – actif et profondément à l’écoute.

Alan Stivell, l’invité de Catrin Finch et de Seckou Keita, est présenté à la salle enthousiaste par la harpiste émue comme le héros des années quatre-vingts, l’initiateur et le maître référent pour tous les disciples et futurs artistes pratiquant la musique celtique et travaillant d’abord à son émancipation et à son développement.

Quand le chanteur breton officie pour une complainte, Seckou Keita, en apprenti respectueux près de l’Ancien, joue avec rigueur et doigté sûr de ses instruments.

Alan Stivell chante l’hymne national breton, « Bro gozh ma zadou » qui signifie « Vieux pays de mes pères ». Sa mélodie s’inspire de l’hymne national du Pays de Galles « Hen wlad fy nhadou ». Pour le final, le public entonne l’hymne avec ardeur.

Une jolie soirée musicale qui fait se rencontrer et se rejoindre les pays et continents, aussi éloignés soient-ils, dans la majesté et l’évidence d’une ouverture au monde.

Véronique Hotte

Espace Marine, le 10 août.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s