Festival Interceltique de Lorient – FIL du 3 au 12 août 2018 – Daoiri Farrell Trio – artistes irlandais – et Gilles Servat.

Daoiri-Farrell-2016-4-small-300x300.jpg 

Festival Interceltique de Lorient – FIL du 3 au 12 août 2018 

Daoiri Farrell Trio – artistes irlandais

 Daoiri Farrell, maître en bouzouki, s’est produit avec brio sur la scène du Théâtre de Lorient avec ses deux partenaires musiciens d’élection, l’un au bodrhan et l’autre au uilleann pipe, pour former avec jubilation le Daoiri Farrell Trio.

Daoiri – prononcé Derry –, très tôt initié à la musique traditionnelle irlandaise par ses parents, a commencé à jouer très jeune avant de poursuivre des études en musique appliquée au Dundalk Institute of Technology, suivies d’une maîtrise en interprétation musicale à la World Academy of music de l’Université de Limerick. Il joue depuis au côté des plus grands noms de la musique traditionnelle irlandaise et internationale.

La veille de sa prestation au Theâtre de Lorient, le Daoiry Farrell Trio jouait au Cambridge Folk Festival avec le Trio Blackie O’Connell et Robbie Walsh.

Le public de Lorient ne s’est pas senti lésé – punch, énergie, rythme et virtuosité dégagés par les solos de bouzouki, de uilleann pipes et de bodrhan. Chacun y va de sa spécialité, avant de rejoindre le collectif aux accents impétueux ou bien lyriques.

Récits traditionnels – mer et terroir -, les mélodies touchent pile à l’universel, et le public éprouve l’élan d’une musique festive, parfois mélancolique, toujours enjouée.

Un rythme enlevé et fédérateur auquel nul auditeur ni assemblée n’échappe, porté par un plaisir d’être là sans partage. Un temps de bonheur musical pour le public.

Le spectacle se poursuit avec Gilles Servat, « 70 ans… à l’Ouest ! »

Chanteur, auteur et compositeur engagé par la cause bretonne et celtique, Gilles Servat compte 40 ans de carrière, plus de 21 albums et des milliers de concerts.

En 2016, il crée un nouveau spectacle pour une nouvelle tournée « 70 ans …à l’Ouest ! » Un compte-rendu de carrière scandée d’influences poétiques et politiques – chansons célèbres, tant intimistes – Je suis né la nuit en février…– que collectives.

Le chanteur compositeur, entouré de cinq musiciens, a pris de la bouteille au bon sens du terme, tête chenue et sage qui a su extraire à bon escient la quintessence de la vie – distance et perspective sur des crises sociales douloureuses.

La poésie profonde attachée aux paysages bretons demeure, les repères parentaux originels, le cadre géographique, les rencontres amicales et amoureuses, les combats du siècle – de la zone libre de Tarbes, lieu de naissance, à la zone occupée puis libérée de la région nantaise d’où la famille est originaire et où elle revient après 1945, de la poésie de René-Guy Cadou à la Guerre d’Algérie et à un temps où chacun croyait le Général de Gaulle inamovible à la tête de l’Etat français.

Sans oublier les chants de révolte et d’engagement politique pour la cause ouvrière.

Un spectacle nuancé où résonne la voix de velours de Gilles Servat – barde et poète toujours – dont la sérénité acquise fait jouer le rire comme le sérieux de l’existence.

Véronique Hotte

Théâtre de Lorient 56000, le lundi 6 août.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s