Chantiers d’Europe au Théâtre de la Ville. Winterreise par Yael Ronan et Exil Ensemble Maxim Gorki Theater Berlin

Crédit photo : Ute Langkafel MAIPHOTO

 Winterreise_MG_3104(C) Ute Langkafel MAIFOTO.jpg

Chantiers d’Europe au Théâtre de la Ville

Winterreise par Yael Ronan et Exil Ensemble Maxim Gorki Theater Berlin

 Des comédiens professionnels originaires d’Afghanistan, Syrie et Palestine de l’Exil Ensemble ont créé Winterreise., avec la metteure en scène née à Jérusalem, Yael Ronen, en résidence au Gorki de Berlin, un plateau novateur de la scène allemande.

L’esthétique de Yael Ronen évolue à l’intérieur de situations conflictuelles entre Histoire et Société, regards croisés et douleurs croisées israélo-palestiniennes.

 Le spectacle dont le titre traduit en français Voyage d’hiver est inspiré des cycles des lieds de Schubert  – exploration sombre des thèmes du rejet de l’autre et de la solitude – est le fruit d’un processus de recherche expérimenté par les interprètes. Winterreise est un spectacle méditatif sur l’exil et l’arrivée dans un pays nouveau.

 Les murs de scène font office d’écran longiligne à la ligne incurvée – côté Musée des Tuileries avec la série des Nymphéas de Claude Monet, si ce n’est que sur l’écran du plateau des Abbesses, défilent des paysages d’hiver, villes et campagnes, que le bus traverse. Le public est convié à revivre partiellement deux semaines de voyage, un périple sillonnant l’Allemagne avec une brève incursion en Suisse.

Winterreise interroge les « voyageurs malgré eux » sur une terre d’exil, joués par des acteurs avertis, Ayham Majid Agha, Maryam Abu Khaled, Hussein Al Shatheli, Karim Daoud, Tahera Hashemi, Mazen Aljubbeh, Kenda Hmeidan et Yael Ronan.

Quel recueillent-ils moralement de la rencontre obligée avec les locaux ? Qui sont ceux-ci ? Niels Bormann, leur collègue acteur au Maxim Gorki Theater, et les divers spécialistes qui tentent de leur expliquer l’Allemagne et jusqu’au conducteur du bus.

L’épreuve des exilés et réfugiés provoque les ouvertures à l’autre, une exploration précise et vaste des relations humaines. Ce road-trip à travers l’Allemagne est l’occasion d’une performance, entre d’un côté, récits intimes d’arrachement à la terre natale – fuite et perte -, et de l’autre, observations facétieuses et irrévérencieuses.

La comédienne palestinienne Maryam Abu Khaled semble désorientée lorsque son amoureux allemand la présente à son « autre » amoureuse qui elle-même a une copine. Le premier lui avait parlé de « relation ouverte », ce qui était resté abstrait.

Décalé, un cours sur l’étude des coutumes et des pratiques sexuelles allemandes.

Le froid glacial hivernal et celui des autochtones, une épreuve de tous les jours.

Autre scène pour rire, les voyageurs commencent leur tournée par Dresde – capitale du romantisme allemand – que voudrait mettre en avant le comédien Niels. Un contretemps empêche la visite programmée puisque tous les « migrants », reclus dans leur hôtel, voient depuis la fenêtre de leur chambre défiler une manifestation haineuse à leur endroit, mouvement  d’extrême-droite nationaliste dont le nom est l’acronyme de ‘Patriotes européens contre l’islamisation du monde occidental.

Hussein Al Shatell, un comédien de Damas, et Karim, joué par Karim Daoud, champion de parkour en Palestine – une discipline sportive consistant à franchir successivement divers obstacles urbains ou naturels, par mouvements agiles et rapides, et l’athlète montre au public un brillant échantillon de ses sauts osés –, tentent de comprendre la langue allemande des banderoles des manifestants : « Fatima Merkel ». Karim répond en arabe avoir pensé que Merkel s’appelait Angela.

La pièce est jouée en allemand et en arabe avec surtitres en anglais et en français.

Chaque interprète, alternativement ou successivement, se lance dans un discours autobiographique raisonné dans lequel se devinent les douleurs essuyées, tandis que le discoureur s’amuse, dans la distance, de situations absurdes et incroyables.

Un spectacle sans concession sur la rencontre, un beau Voyage des comédiens.

Véronique Hotte

Théâtre de la Ville – Chantiers d’Europe – Allemagne –  Ciné, Théâtre des Abbesses, les 29 et 30 mai. Tél : 01 42 74 22 77

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s