Qu’ils crèvent les critiques ! de Jean-Pierre Léonardini, Editions Les Solitaires Intempestifs, collection « Du désavantage du vent » 2018, 192 pages, 14 euros.

Qu’ils crèvent les critiques ! de Jean-Pierre Léonardini, Editions Les Solitaires Intempestifs, collection « Du désavantage du vent » 2018, 192 pages, 14 euros.

quils-crevent-les-critiques-

Surtout qu’ils ne crèvent pas les critiques, d’autant s’ils ont l’envergure d’un Léo – humour et patine d’une analyse sûre, circonstanciée, cultivée et argumentée.

Plaisir de réfléchir sur le monde et d’en détecter les travers pour l’améliorer.

Enseignant l’histoire du théâtre à Paris-Nanterre, à Lumière-Lyon-II et à L’ENSATT, Jean-Pierre Léonardini, journaliste et critique dramatique, fait sa carrière au journal L’Humanité en qualité de responsable du service culturel et de critique attitré.

Une fidélité qui ne signifie pas soumission à l’idéologie d’une jeunesse engagée, enthousiaste sur l’avenir, mais réflexion sur une société qui change infiniment :

« Le théâtre m’a pris par surprise à cause d’un poste vacant… »

L’écrivain fait le récit rétrospectif de son engagement sur les chemins de la critique.

Il retrace par exemple, l’institution des huit Maisons de la Culture, en 1961, sur l’initiative d’André Malraux, alors ministre des Affaires culturelles. Or, la maison de la culture essaime en province depuis 1936, sous l’impulsion de Louis Aragon qui veut « mettre en contact les ouvriers, les petits-bourgeois et les intellectuels ; les uns apporteront aux groupes l’expérience de leur culture, les autres l’expérience des réalités pratiques de la vie ». Promesses généreuses de lendemains qui chantent.

Le rêve d’ouverture du théâtre à tous les publics ne s’est pas réalisé. Et la question du « non public » reste d’actualité : « nul n’a pu ignorer l’accroissement rédhibitoire produit en tous domaines par la noria inégalitaire qui tourne à plein régime

Si fait date l’époque de la décentralisation en cours dans la banlieue parisienne – Aubervilliers, Saint-Denis, Villejuif, Sartrouville et Nanterre -, celle du Festival d’Avignon de Jean Vilar d’abord, de ceux qui suivront ensuite, marque les esprits :

Mais « la grande secousse nerveuse de Mai 68 va sacrément brouiller les cartes » : le théâtre descend de la scène pour faire émeute dans la rue, et il est difficile pour le jeune critique de se remémorer précisément ce temps historique de grands chaos : « C’est comme descendre à la cave de la mémoire avec une lampe de poche. »

L’ironie et le sourire sous-tendent en même temps la mine grave et sérieuse de notre cher Léo, sa griffe supérieure, moqueuse, narquoise, sarcastique et malicieuse.

Sont évoqués les noms qui ont fait l’histoire en France du Théâtre d’Art ; nous n’en retenons que quelques-uns éloquents, Michel Guy, Jack Lang, Antoine Vitez, Jack Ralite, René Gonzalez auquel est dédié l’ouvrage, Patrice Chéreau, Jean-Pierre Vincent, Jacques Lassalle et les autres. Léo fréquente de près ces figures actives, sans oublier les « intellectuels » irradiants, Bourdieu, Foucauld, Barthes, Dort …

Le critique dresse un bel inventaire des créations des générations suivantes, celles relevant des tendances et mouvements de mode, à côté des vraies inventions.

L’accumulation des spectacles vus et critiqués, saison après saison, « une forcerie » porte des fruits que nous savions savoureux. Rien moins que ce regard inventé et nécessaire, à travers la perspective avertie, lancée sur les œuvres de notre temps.

Véronique Hotte

Qu’ils crèvent les critiques ! de Jean-Pierre Léonardini, Editions Les Solitaires Intempestifs, collection « Du désavantage du vent » 2018, 192 pages, 14 euros.

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Qu’ils crèvent les critiques ! de Jean-Pierre Léonardini, Editions Les Solitaires Intempestifs, collection « Du désavantage du vent » 2018, 192 pages, 14 euros.

  1. Pingback: Léonardini, un feu d’artifice critique | Chantiers de culture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s