La Chose commune, un spectacle d’Emmanuel Bex et David Lescot, composition musicale Emmanuel Bex, texte et mise en scène de David Lescot

Crédit photo : Christophe Raynaud de Lage

170128_RdL_1000

La Chose commune, un spectacle d’Emmanuel Bex et David Lescot, composition musicale Emmanuel Bex, texte et mise en scène de David Lescot

La Commune de Paris – 18 mars au 28 mai – désigne une période révolutionnaire, qui établit une organisation ouvrière en tant qu’organisatrice de la ville. Portée par cet ouvriérisme croissant, elle surgit dans le Paris industriel de la fin du XIX é siècle.

Elle naît le 18 mars 1871, quand Thiers veut désarmer la ville pour la « purger de tous les rouges », s’emparant des canons de Montmartre et Belleville, sans succès… `

Refusant toute négociation, Thiers se réfugie à Versailles, et le comité central de la Garde nationale organise les élections. Après les élections municipales du 28 mars, le conseil communal s’installe à l’Hôtel de Ville : c’est la Commune de Paris.

Pendant cette brève période, la Commune crée neuf commissions – de vrais ministères, précurseurs dans le monde du travail, de l’instruction publique laïque, obligatoire et gratuite, du droit des femmes…

Ainsi, sur la scène imaginaire de David Lescot, on entend Louise Michel, icône révolutionnaire, ou Elisabeth Dmitrieff, une pasonaria russe dont tous les communards étaient amoureux et qui, combattive, s’occupait des travailleuses.

Ecrasée par les Versaillais lors de la semaine sanglante du 22 au 28 mai, la Commune reste un événement majeur de l’histoire révolutionnaire, symbole d’une « politique » prolétaire indépendante.

En duo avec Emmanuel Bex, maître incontesté de l’orgue Hammond et figure de jazz européen, l’auteur et metteur en scène David Lescot raconte l’histoire de la Commune de Paris. Avec les moyens du jazz, beau télescopage houleux et inventif.

« Nous avons lu, relu, écouté, inventé, composé, écrit, adapté textes, poèmes chroniques, articles de journaux, affiches, proclamations, discours, manifestes, chansons », note David Lescot à propos de sa collaboration avec Emmanuel Bex.

Le temps d’une rhapsodie, d’un chorus d’orgue ou d’un solo de batterie, les figures de communards et communardes et leurs légendes, la place conquise des femmes, défilent en live, tel un album et concert joué devant un public bousculé et fasciné.

Au-delà de l’échec et de la tragédie sanglante, s’accomplit dans le son et la fureur l’éloge spectaculaire et musical de la défense des valeurs nobles rétives à l’ordre dominant : l’utopie, l’insolence, le sens de la contradiction, la jubilation, l’humanité.

Avec la chanteuse et comédienne inspirée, Elise Caron ; le slammeur et vif Mike Ladd, l’éclatante saxophoniste Géraldine Laurent et le grand batteur Simon Goubert.

Défilent ainsi dans la panique et le souffle haché historiques des morceaux évocateurs : Le 18 mars, Together we are strong, Elisabeth Dmitrieff, La Canaille, Le Temps des cerises, Les Œuvres, Versailles assault, Ballade en l’honneur de Louise Michel, Duo des femmes, Manifeste de l’Union des femmes, L’Hymne, la Semaine sanglante, le Sillage …

 Une volonté chorale, un mouvement d’ouverture à la poésie des commencements et à l’esprit rimbaldien printanier : on écoute la chanteuse Rosa Bordas aux Tuileries le dimanche, enroulée dans son drapeau rouge : « C’est la Canaille, et bien j’en suis ! »

Air rieur de gouaille parisienne, attitude insolente et railleuse, la moquerie gouverne sans retenue ces révolutionnaires en lutte pour des lendemains qui chantent.

Un remue-ménage musical entre regard rétrospectif et vision contemporaine.

Véronique Hotte

Espace Cardin, Théâtre de la Ville, du 19 au 29 avril. Tél : 01 42 74 22 77

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s