Five Easy Pieces, conception, texte et mise en scène de Milo Rau

Crédit Photo : Phil Desprez

a_fiveeasypieces-philedeprez6551.jpg

Five Easy Pieces, conception, texte et mise en scène de Milo Rau

 Se frotter à la rugosité du monde – la violence de l’Histoire, de la société et de ses faits divers, depuis les folies particulières jusqu’aux traumatismes collectifs, comme par exemple, la triste Affaire Dutroux en Belgique -, l’enjeu audacieux – politique et esthétique – du concepteur suisse Milo Rau ne manque pas de panache ni de chien.

Procès, témoignages, reconstitutions de crimes, rien n’arrête les visées du créateur qui invente des performances reliées symboliquement à la brutalité des hommes.

Par le jeu des images vidéo projetant des figures adultes – acteurs qui interprètent sur écran les personnages « historiques » filmés -, le public assiste simultanément à ces scènes reproduites en live par les enfants sur le plateau : humour et distance.

Les hommes ne sont décidément que des pantins, personnages officiels compris.

La séance officielle de l’Indépendance de l’ancien Congo Belge de 1960 propose une brochette composée de politiques dont le roi des Belges et Patrice Lumumba, Premier Ministre de la République Démocratique du Congo, assassiné en 1961.

Une rangée grotesquement sérieuse de marionnettes prétendument matures.

Le meurtrier Dutroux, quant à lui, a vécu quatre ans de son enfance au Burundi avant de revenir en Belgique, quand les indépendances sonnèrent leur heure.

L’Affaire Dutroux, affaire criminelle belge, a connu un retentissement mondial en 1996. Le principal protagoniste de l’affaire, Marc Dutroux, est, entre autres méfaits indicibles, auteur de viols, de séquestrations et de meurtres sur des mineurs, des actes relevant de la pédophilie, et qui a été condamné pour ces faits.

Nombre d’errances et d’erreurs entravent la faiblesse de l’enquête policière, tardive et lente, menée approximativement et sans conviction par les autorités belges.

Five Easy Pieces de Milo Rau, procède d’une école singulière et collective, l’apprentissage de la vie et des sentiments, en compagnie d’enfants qui retracent en acteurs aussi bien le rôle des adultes que celui des enfants de la sombre Affaire.

Prendre des enfants pour jouer les enfants victimes des adultes et les adultes ?

Accompagnés du personnage de metteur en scène – assistant metteur en scène, acteur et coach d’interprétation Peter Seynaeve – qui les dirige et les filme systématiquement quand ils sont en situation de jeu théâtre, et les rappelle constamment à leur devoir de scène tout en les invitant à se concentrer, les enfants se présentent face au public, âge, passion, souhait d’avenir face à l’interviewer.

Les enfants jouent étrangement l’authenticité et la sincérité des situations sans toujours les saisir intellectuellement, mais entre séances de rires et d’amusement libératoire, ils se glissent naturellement dans les situations les plus pathétiques.

Jouer authentique est profondément artificiel et se voit davantage chez les enfants : « être à la fois dans le texte et dans le moment » est un mécanisme révèle Milo Rau.

Le recours à l’improvisation sur l’Affaire est impossible pour des enfants : le texte a été écrit entièrement et à eux donc de s’en emparer avec la perfection qui est la leur.

Le théâtre a profondément à voir avec le réalisme, la cruauté, la peur, la mort …

L’adulte qui drive les enfants sur le plateau exerce une fascination, proche de la stratégie du pédophile. Le grand a tous les pouvoirs, ce que ne saurait remettre en cause l’enfant, la dramaturgie offre une mise en abyme de l’abus possible de pouvoir.

Le tueur et le Mal sont implicitement désignés, à la fois absents et rôdant, ce qui diffuse une tension grave dans les scènes extrêmement cadrées et contrôlées.

Un bel éloge rendu aux pouvoirs de la scène quand ils sont maîtrisés avec art.

Véronique Hotte

Nanterre-Amandiers, du 10 au 12 mars et du 17 au 19 mars.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s