La Mouette d’après Tchekhov, mise en scène de Thibault Perrenoud

Clément Camar-Mercier

 IMG_9495

La Mouette d’après Tchekhov, mise en scène de Thibault Perrenoud

 Anton Tchekhov critique le théâtre commercial de son temps qui traditionnellement, loin de rendre hommage aux auteurs, acteurs et public, se moque un peu d’eux.

Aussi est-il souvent question de l’art de la scène dans les œuvres du dramaturge russe – fil infini et radieux du théâtre dans le théâtre, solide à l’extrême et résistant. Tchekhov n’aime pas non plus les « décadents », et La Mouette (1896) se lit comme une satire contre le langage grandiloquent et abstrait de la nouvelle école : la pièce évoque les disputes sur les tendances de ce petit monde fermé, cruel et suffisant.

Dans la mise en scène de Thibault Perrenoud, le poète Constant Treplev (Mathieu Boisliveau) s’associe à cet esprit novateur en s’insurgeant contre les académismes à la mode ; une scène savoureuse voit l’apprentie comédienne aimée, Nina, incarner l’idéal artistique rêvé. De la terre déversée sur le plateau, des sacs de jardinage jetés et vidés en vrac, et l’actrice en herbe, vêtue d’une peau d’ours, se roule dans la terre fraîche en proférant. Chloé Chevalier joue de sa belle énergie – volonté et joie d’être.

D’une façon générale, Tchekhov recherche les « formes nouvelles » et, voulant « décrire la vie telle qu’elle est », rend compte à petit feu de sa banalité, selon une esthétique nouvelle. Non seulement l’homme de théâtre reprend à son compte les paroles de l’écrivain Trigorne (Marc Arnaud), amant d’Arkadina (Aurore Paris) – mère de Constant – et amant prochain de Nina qu’aime d’un amour sans retour le jeune homme : « Jour et nuit, je suis poursuivi par la même idée obsédante, je dois écrire, je dois écrire, je le dois… », une vie de peu de plaisir, mais Tchekhov fait résonner en même temps la parole de Constant – fils d’Arkadina, actrice capricieuse et choyée qui ne rêve que de théâtre en vogue. Dans la pièce, le jeune poète amoureux de Nina ne s’intéresse pas tant à la forme mais plutôt à l’existence de l’âme.

Le dramaturge – Tchekhov/Constant – s’insurge contre l’idée d’un héroïsme producteur d’effets scéniques : « Pourtant, dans la vie, ce n’est pas à tout bout de champ qu’on se tire une balle, qu’on se pend, qu’on déclare sa flamme, et ce n’est pas à jet continu qu’on énonce des pensées profondes. Non ! Le plus souvent, on mange, on boit, on flirte, on dit des sottises. C’est ça qu’on doit voir sur la scène… »

Il faut laisser la vie telle qu’elle est et les gens tels qu’ils sont, vrais et non exagérés, des êtres éclairés qui éprouvent plus ou moins toutes les sensations et émotions.

La mise en scène de Thibault Perrenoud prend au pied de la lettre la banalité quotidienne de la vie, une dimension privilégiée qu’il a déployée à l’excès, faisant de cette Mouette un spectacle flirtant avec le café-théâtre et le clin d’œil clair au public.

La scène est quadri-frontale et de plain-pied, comme pour être dans le vif du sujet et du public, et les comédiens agiles de Kobal’t surgissent de leur jeu des quatre coins.

Scènes d’été en maillot de bain et lunettes de soleil ; plancha pour l’instituteur qui fait griller poivrons et autres petits légumes grésillant ; bouteille de Rosé pour Macha (Caroline Gonin) – l’amoureuse éconduite du poète ; bottes de pêche en rivière pour l’écrivain (Marc Arnaud), tandis que le médecin Dorn (Eric Jakobiak) interprète les sages, et le vieux Sorine (Pierre-Stefan Montagnier) joue les fieffés impénitents.

Tout ce petit monde se laisse un peu vivre, à fleur de peau, sur le qui-vive, au présent : l’une retient dans les cris d’une scène pathétique de ménage son amant volage, l’autre regrette bruyamment sa jeunesse perdue qu’il aurait voulu vivre à plein régime, et le troisième pleure à chaudes larmes avant de se donner la mort.

Que de nervosité, comme il est dit dans La Mouette, de l’électricité qui devrait laisser passer un peu plus ce courant poétique qui fait entendre « ce qui coule de l’âme ».

Véronique Hotte

Théâtre de la Bastille, du 6 au 11 mars à 20h et du 13 au 25 mars à 21h, du 27 mars au 1er avril à 20h, relâches le dimanche. Tél : 01 43 57 42 14

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s