Suite N°2, conception Encyclopédie de la parole, composition et mise en scène Joris Lacoste

21482-encyclopediedelaparole4_c_beaborgers-light.jpg

Suite N°2, conception Encyclopédie de la parole, composition et mise en scène Joris Lacoste

 Même si on a déjà vu le spectacle Suite N°2 conçu par L’Encyclopédie de la parole et créé par Joris Lacoste, une saison précédente au Théâtre de Gennevilliers par exemple, on le revoit toujours et encore avec le plus grand des plaisirs, estimant à part soi les quelques minimes variations apparentes par rapport à la première mouture de création.

C’est que le spectateur devient difficile, attendant d’être toujours mieux surpris par cette ligne scénique éloquente – aux deux sens du terme – que forment les cinq interprètes – comédiens et déclamateurs.

Une partition tirée au cordeau – silences, pauses, attentes qui lancent d’autant mieux les moindres bruits et sons singuliers qui emplissent le volume du plateau – : mesures balancées dans l’évidence d’une vérité.

Sur l’écran du lointain, les titres – encadrés lumineux des différentes situations – archives documentaires et reportages divers planétaires – proposent au spectateur un bruissement immédiat, vif et vivant.

Que ce soit le prédicateur installé dans un stade au Cap en Afrique du Sud, ou un entraîneur d’équipe de rugby à l’accent du sud dans les vestiaires, ou une femme pendue vainement à son téléphone à Bogota pour une histoire de ligne téléphonique coupée et qui ne parvient pas à s’expliquer avec son interlocuteur présent de l’autre côté du réseau certes, mais impuissant, ou encore un ministre de l’économie portugais et son discours monotone devant son assemblée, ou bien un fils gay aux Etats-Unis qui tente de raisonner sa mère indigne qui le rejette et le déshérite, ou les dernières minutes de conversation d’un contrôleur aérien avec le pilote d’un avion qui va s’écraser au sol.

Les diatribes s’enchaînent et se mêlent, se dépassent et se chevauchent. Les textes successifs sont traduits en français.

Le compte-rendu en russe d’un procès, la colère d’un lycéen anglais qui se révolte contre un monde faillible et qui rêve de le changer…

Les perfomeurs en colère parlent toutes les langues et lancent leurs mots cinglants et stridents à la face du public, précis comme des percussionnistes qui jouent avec le son, le rythme, les consonnes et les voyelles, tapant le mot, le répétant, dentales et labiales mêlées. Remercions pour leur bel art déclamatoire Vladimir Kudryavtsev, Emmanuelle Lafon, Nuno Lucas, Barbara Matijevic et Olivier Normand.

Cette Suite N°2 convie le public à un concert vif, rapide, serré et tendu ; peu de relâche et nul répit. Le cours de la vie qui va ne revient pas à suivre un long fleuve tranquille mais à épouser la posture d’un battant qui reçoit en pleine figure le souffle des jours qu’il redirige à sa guise.

Véronique Hotte

Nouveau théâtre de Montreuil, du 13 au 15 décembre dans le cadre de Mesure pour Mesure – Festival de Théâtre musical, du 17 novembre au 16 décembre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s