Les Français, d’après À la recherche du temps perdu de Marcel Proust, adaptation Krzysztof Warlikowski, Piotr Gruszczynski, mise en scène de Krzysztof Warlikowski

Crédit photo : Tal Bitton

wari_web21

Les Français, d’après À la recherche du temps perdu de Marcel Proust, adaptation Krzysztof Warlikowski, Piotr Gruszczynski, mise en scène de Krzysztof Warlikowski

 Pour le metteur en scène de théâtre et d’opéra polonais Krzysztof Warlikowski, Marcel Proust, l’auteur d’À la recherche du temps perdu – œuvre qu’il monte sous le titre Les Français -, n’est pas un écrivain du théâtre mais un écrivain du fantasme.

La société est scindée entre les nantis – aristocrates et bourgeois d’un côté, dont les valeurs diffèrent radicalement – et le commun des mortels et employés, de l’autre.

Ce monde ancien que la guerre va mettre à bas est composé de clans significatifs.

Monter La Recherche pour le concepteur scénique est un acte politique réactualisé.

Il a fallu circonscrire la foule trop nombreuse qui traverse l’œuvre à quelques personnages déjà assez nombreux, les couples des Guermantes et des Verdurin d’un côté, et de l’autre, Swann et Odette, le narrateur et Albertine, sans oublier Gilberte, Morel, Saint-Loup et l’actrice Rachel, maîtresse de Saint-Loup.

Le matériau réduit de figures évocatrices est prétexte à une installation proustienne.

L’atmosphère privilégie l’espace des mondanités et des conversations de salon : dans le lointain, un bar immense avec ses tabourets de comptoir accueille des clients de café, des personnages en groupes ou des individus solitaires ou esseulés.

Une vitrine immense et rectangulaire – magasin ou salon mondain mobile – se déplace silencieusement de jardin à cour, enfermant à vue toutes les silhouettes mythiques d’A la recherche : les figures princières du duc et la duchesse de Guermantes, le baron de Charlus, Swan, Robert de Saint-loup.

Une boîte enfantine de papillons épinglés et arrêtés dans leur course pour la vie.

Ces acteurs sont des spectateurs au second degré – théâtre dans le théâtre et miroir inversé – des actions sur le proscenium avec d’autres personnages mis en exergue.

La danse classique – petits chaussons de danse et pointes – exprime la métaphore du bon goût d’une époque, révolue historiquement, enfermée dans son académisme, entre élégance et royauté du maintien, des canons rigoureux de la beauté qui sont exploités au profit des images et des représentations de l’homosexualité.

L’imaginaire développé fait la part belle aux duos de ballet, duos homosexuels ou bien hétérosexuels, provocateurs souvent, aussi bien dessinés qu’ils sont sensuels.

La musique est évidemment une invitée privilégiée du spectacle avec le violoncelle de Michal Pepol, et la musique de scène de Jan Duszynski.

Derrière les acteurs placés sur le devant de scène et derrière la vitrine qui rentre parfois dans ses gongs dans les coulisses pour disparaître complètement, un grand écran vidéo diffuse des images de la nature vivante, champs de blé, brins d’herbe se mouvant sous le vent, ballets volatiles d’insectes ou de papillons, des images de pollinisation qui révèlent le principe du vivant – végétaux, animaux, humains. Les scènes de baisers de cinéma se répètent et semblent durer à l’infini.

L’Affaire Dreyfus est soulignée, réaccordant l’événement à une époque décisive, la projetant et la propulsant plus loin dans le siècle avec la réalité de l’antisémitisme.

La Grande guerre est épinglée également avec Robert de Saint-loup en soldat, assis à une table, portant casque de poilu et masque à gaz, révélant par lettres l’horreur des tranchées bombardées – une boucherie humaine absurde et en marche. La dénonciation de la folie de la guerre concerne tous les temps et tous les continents.

Un spectacle exigeant qui donne à éprouver les senteurs diffuses de La Recherche.

Véronique Hotte

Théâtre national de la Danse à Chaillot, du 18 au 25 novembre.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s