Poil de Carotte, librement inspiré du roman de Jules Renard, conception et mise en scène de Silvia Costa – Festival d’Automne à Paris

Crédit photo : Silvia Boschiero

Poil de Carotte, librement inspiré du roman de Jules Renard, conception et mise en scène de Silvia Costa spectacle tout public à partir de 6 ans.

 Des bottes de foin alentour, de la paille sur les travées des gradins dans la salle, l’odeur rustique de l’étable chaude – la cage aux lapins, un seau de fer pour l’eau et un autre pour les grains à donner aux poules -, ainsi chemine dans l’air campagnard clos, avant de prendre place, le public de Poil de Carotte, un spectacle de Silvia Costa.

Agathe Molière incarne le polisson, tête rousse et silhouette de gringalet.

Le bavard précise aux spectateurs l’orientation géographique de la sortie de la grange, en face de la maison des Lepic, un intérieur à craindre toujours et à explorer plus tard.

La nouvelle employée des Lepic survient, un prétexte pour le fils Lepic à énumérer les habitudes de chacun dans le cercle familial : Madame Lepic boit le matin un café au lait, Monsieur Lepic un café noir, et Félix, l’autre fils, un chocolat ; quant au narrateur aux cheveux roux, il se sert tristement tout seul, prend un verre d’eau et des restes.

La domestique est humaine, mais l’enfant l’enjoint à le maltraiter en présence de sa mère ; et les deux figures dépréciées et proches s’accorderont ainsi toutes deux.

Nulle plainte, nulle récrimination, nul reproche ne s’échappe de la bouche enfantine : la jeune femme ne peut recueillir du beau parleur les mauvaises relations subies.

Or, la violence s’installe dès que les parents, le frère et Poil de Carotte se rassemblent. Ce dernier semble étrangement ne pas faire partie de la tribu. La mère se montre menaçante et cruelle, occupée uniquement de son autre fils Félix qu’elle chérit, et menant sourdement Monsieur Lepic, plus bonhomme, dans ses vues égoïstes.

Poil de Carotte subit l’éviction systématique du groupe familial, pris en défaut.

C’est qu’il a son caractère, et aime réfléchir ; vivant au plus près de la terre et de ses propres aspirations, il refuse d’adhérer à la convention et résiste au harcèlement.

Écrivant des lettres au père qu’il aime, le fils rêve d’aller dans la grande ville à Paris.

La capacité et l’énergie à vivre et à découvrir le monde emportent les petites amertumes quotidiennes qui ne sauraient entamer le désir profond du garçon.

Portés sur la scène par les comédiens, des panneaux successifs exposent différents tableaux de l’histoire et des mésaventures de Poil de Carotte – la timbale, la chasse, les poux, la taupe, la révolte… Ce qui résume le petit monde de l’enfant se tient là.

La dimension enfantine et initiatrice de l’œuvre passe par une scénographie à la fois simple et ouvragée. Des tableaux peints glissent silencieusement sur le plateau, ils représentent la salle à manger du foyer, les chambres alternatives du fils et du père, avec petite bougie sur la table personnelle de bureau, où chacun  écrit de son côté.

Le sol à carreaux noirs et blancs est joliment dessiné, de même les meubles stylisés.

Les costumes reprennent l’esthétique de l’intérieur du foyer et évoquent la naïveté du regard des premières années : le père est enrobé dans ses atours, et la mère porte une robe-amphore ; le fils est vêtu d’un pantalon similaire. Les figures caricaturales sont savoureuses, Delphine Chuillot, Élise Marie, Marine Prunier, Alexandre Soulié. Modernisés, les traits vifs de la fresque reprennent les illustrations de Félix Valloton.

Un spectacle plutôt classique et soigné, comparable à un album ancien de photos de famille.

Les jeux d’ombres et de lumières derrière les parois translucides jouent leur mystère.

Si l’existence se montre malcommode et injuste, l’enfant décidé avance toujours plus.

Véronique Hotte

Nanterre-Amandiers, Festival d’Automne à Paris, 7 avenue Pablo Picasso à Nanterre, tout public à partir de 6 ans, du 17 septembre au 2 octobre. Tél : 01 46 14 70 00/ 01 53 45 17 17

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s