Braise et Cendres, Quelques pages arrachées à la vie rêvée de Blaise Cendrars, d’après les œuvres autobiographiques et poèmes de Blaise Cendrars, adaptation et mise en scène de Jacques Nichet

Crédit photo : Vincent Lacotte

B&C_5039_Vincent Lacotte.jpg

Braise et Cendres, Quelques pages arrachées à la vie rêvée de Blaise Cendrars, d’après les œuvres autobiographiques et poèmes de Blaise Cendrars, adaptation et mise en scène de Jacques Nichet

 Le metteur en scène Jacques Nichet, féru de lettres et de littérature, avoue avoir redécouvert un inconnu qu’il croyait connaître, Blaise Cendrars (1887-1961), poète, romancier, reporter et mémorialiste dont l’œuvre s’inscrit sous le signe du voyage, de la découverte et de l’exaltation folle du monde moderne, entre réel et imaginaire.

Le dramaturge dit avoir ouvert les yeux une fois pour toutes, grâce aux deux livres de la Pléiade publiés sous la direction de Claude Leroy qui recèlent entre autres les récits autobiographiques, force de l’écriture et de l’imagination, narration libre et vive.

Dans ses œuvres autobiographiques, Cendrars « attise sous les cendres du passé quelques braises toujours prêtes à s’enflammer », d’où le jeu des sonorités en écho avec le nom de l’auteur Blaise Cendrars et le titre du spectacle Braise et Cendres. L’image du feu et de l’incandescence lumineuse souligne la métaphore de l’œuvre.

La scénographie de Philippe Marioge, rehaussée par les lumières de Jean-Pascal Pracht, se présente comme une fresque posée au sol, une vaste étendue volcanique de lave en écoulement, familière des paysages asséchés et ravagés de l’Etna, une peinture de flammes et d’or entre ocre et orangé, prête à rougeoyer sous le vent.

Entre ombre et obscurité, instantanés de lumière éblouissante, le comédien Charlie Nelson arpente le plateau, renverse une chaise et se tient en équilibre sur un pied.

Puis, il endosse la capote des Poilus, et raconte les horreurs de la Grande Guerre.

L’acteur, profil coupé au cordeau, tête de dur et dégaine de baroudeur que rien ne saurait effrayer – la vie n’est qu’un jeu d’enfant à ses yeux – convoque sur le plateau sa propre parole avec apartés, considérations existentielles et états d’âme, mais il invite à ses côtés des figures proches qu’il incarne, lors d’un geste ou d’une inflexion de la voix : sa mère, son père, ses camarades du front, son amie fragile.

Le locuteur ne désespère jamais et rien n’arrête son périple planétaire – humour, accès de colère, gouaille et panache, le marcheur qui n’a pas tant bougé que cela, ne se lasse ni ne se fatigue : la vie à préserver déclenche son joli moteur de vitalité.

La réalité et l’onirisme rivalisent, furetant à travers un verbe brut ou bien rêveur. Dans le recueil Les Feuilles de route, l’un des premiers poèmes – Tu es plus belle que le ciel et la terre -, déclaration d’amour, privilégie les pouvoirs du voyage :

« … Quand tu aimes il faut savoir / Chanter courir manger boire / Siffler / Et apprendre à travailler

   Quand tu aimes il faut partir / Ne larmoie pas en souriant / Ne te niche pas entre deux seins / Respire marche pars va-t’en… »

Un hymne à l’amour et à la vie dans le secret de l’énigme et les mystères inépuisables, une présence restituée par l’incarnation du comédien Charlie Nelson.

Véronique Hotte

Festival Off Avignon – Théâtre Le Petit Louvre, du 7 au 30 juillet à 14h10, relâche le mardi. Tél : 04 32 76 02 79

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s