Une semaine après le 13 novembre 2015

Il aura fallu attendre une semaine après les événements terribles du 13 novembre 2015 à Paris et à Saint-Denis pour pouvoir reprendre la plume.

Comme l’écrit Mathias Énard dans son roman Boussole – Prix Goncourt 2015 -, nous pouvons dire que nous avons perdu le Nord ou plutôt l’Est.

Une grande tristesse nous étreint, soudain, une porte, une sinistre vision de la réalité du monde et de toute son imperfection : « Je » est dans la nuit. L’être est toujours dans cette distance, quelque part entre un soi insondable et l’autre en soi. »

Face à ces temps cruels, travaillons d’autant plus à recevoir l’altérité et la mixité, une nécessité existentielle.

 

Véronique Hotte

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s