Quartiers libres, chorégraphie et interprétation de Nadia Beugré – Festival d’Automne à Paris et le Tarmac

Crédit photo : Boris Hennion

Quartiers libres 2 © Boris Hennion

Quartiers libres, chorégraphie et interprétation de Nadia Beugré – Festival d’Automne à Paris et le Tarmac

 

La chorégraphe ivoirienne Nadia Beugré considère la scène comme une métaphore des lieux interdits, ces espaces tabous foulés historiquement par les hommes. L’artiste de ce spectacle vivant – performance tonique – réinvestit imaginairement la rue, les estrades et les piédestaux, toutes ces scènes interdites aux femmes qu’il faut se réapproprier avec panache jusqu’à tendre à une libération possible. Quartiers libres parle d’une prise symbolique – une conquête poétique – de ces territoires d’expression collective ou individuelle qui, tout en racontant la soumission féminine, font office universel de révélation profonde de la part intime et existentielle de l’être. Sur le plateau de théâtre de Quartiers libres dont la dramaturgie revient à Boris Hennion, se tient en majesté un podium à jardin, qui domine le reste de la scène, un sol plutôt large et étendu sur lequel le public engagé est invité à se déplacer, en phase avec la danseuse radicale et son entreprise scénique unique. Nadia Beugré interpelle et intègre avec tact les spectateurs dans sa lutte, leur murmurant au visage « Aidez-moi ! » N’acceptant nulle concession, celle-ci se jette paradoxalement avec douceur et violence sur le promontoire élevé où trônent habituellement des figures viriles de pouvoir, faisant basculer son corps vif et athlétique d’une pirouette souple et définitive. Habillée d’une robe courte chic, l’interprète arpente l’espace de sa danse puissante et décidée, descend d’un saut de l’estrade élevée, roule un corps rond sur le terrain qui borde le podium. La posture royale choisie par la danseuse est celle de la rébellion, de la révolte, de l’opposition et de la lutte pour une reconnaissance à venir. L’actrice chante une chanson de rock, la voix érayée, le fil du micro à main enserrant la chanteuse comme une prisonnière ligotée, une image d’enfermement et d’empêchement qu’on se doit de bannir.

Et si vivre revient à laisser le corps aller librement – un cheminement choisi -, vivre consiste encore à travailler à l’expression des désirs enfouis par toutes les mères, les épouses et les filles. Pour Nadia Beugré, les femmes restent les oubliées de l’Histoire, en Afrique et ailleurs. L’artiste n’écrit pas une partition de gestes, elle met en avant des états vécus – angoisse, inquiétude, trouble -, éludant la négation et l’humiliation. À sa demande, une spectatrice dégage le fil de micro qui l’emprisonne. Libre enfin, Nadia Beugré se relève et lève les bras, la face tournée contre une tenture murale, dégageant un corps épanoui de grande élégance et de grâce posée. Alors qu’elle s’accroche, au début du spectacle, à un rideau tombé des cintres, une pluie dessinée, des files verticales de bouteilles de plastique – belle installation de transparence et de lumière – sur lesquelles elle s’accroche et se balance, invitant à ce qu’on l’imite, la performeuse file encore la métaphore des images de rejet et de rebut auxquelles est associé le destin des femmes, tel l’état de la planète. Au moyen de bouteilles montées en épi, l’interprète tisse la matière d’une robe volumineuse. Elle s’engouffre et se perd dans ce cocon lumineux pour s’en départir ensuite.

Quartiers libres incarne la force d’une artiste scénique inédite, tellurique et céleste, tant la tension pèse puis se déploie et se dégage dans la danse, le chant et le mime. La performeuse et danseuse se fait violence, au rythme des tambours africains traditionnels, des musiques électroniques et de « Abadou » de Zap Mama.

Pour le plaisir du public et de celles et ceux qui aspirent à la liberté, sans conditions.

Véronique Hotte

Le Tarmac – Festival d’Automne à Paris, du 14 au 17 octobre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s