Les Somnambules, conception et réalisation – Compagnie Les Ombres portées, théâtre musical d’ombres et d’objets – Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes de Charleville-Mézières

Les Somnambules, conception et réalisation – Compagnie Les            Ombres portées, théâtre musical d’ombres et d’objets – Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes de Charleville-Mézières

visuel_les_somnambules_paysage_ss_txt_hd_c_les_ombres_portees

La Compagnie Les Ombres portées est animée par l’ardeur et la constance de quatre marionnettistes, tour à tour manipulateurs, acteurs et éclairagistes, et deux musiciens, bruiteurs et poly-instrumentistes : Olivier Cueto, Erol Gülgönen, Florence Kormann, Marion Lefebvre, Claire Van Zande, Séline Gülgönen, Cyril Ollivier…

En perspective, depuis la salle où le regard du spectateur se projette sur la scène, s’élève une accumulation d’immeubles blancs géométriques – cubes carrés et rectangulaires, polygones, puis des tours style La Défense ou Shangaï, au choix …

L’histoire contée a trait à l’urbanisme et à l’environnement de notre XXI è siècle.

Au départ, s’offre à la contemplation un mélange élaboré d’habitations anciennes et modernes, un paysage urbain et encore humanisé dû aux projections de lumières et aux éclairages, la matière même d’un théâtre d’ombres pour le moins sophistiquées. Ces éclairages viennent de l’intérieur, comme de l’extérieur des habitations.

On pénètre de loin dans l’intérieur illuminé des maisons et des immeubles anciens, des foyers que l’on devine chaleureux, des refuges pleins d’humanité et d’histoires. Sur la cour centrale, un balayeur et son balai, et trois jeunes gens dont un à bicyclette, qui semblent préparer un événement. Ce sera, à vue et en direct, la tombée spectaculaire d’une partie de la grue, par des opposants à ce nouveau quartier ultramoderne inventé par des architectes et des promoteurs immobiliers.

Derrière des palissades, la grue était installée pour des travaux – la chute des bâtiments anciens avant la reconstruction. Expulsion, démolition, reconstruction, on connaît la chanson. La grue minée, les projets immobiliers prévus n’en seront pas moins menés à leur fin. Après les travaux, tout change et devient froid et ordonné.

Ascenseurs de solitude pour tous, salles de gymnastique, zone de supermarchés, et le métro dans les sous-sols avec un sentiment d’abandon sur les traits de chacun.

Des appartements apparaissent – même disposition des pièces, même ordonnancement sans âme. Dans l’un de ces foyers nouveaux, une femme tape à la machine : écrirait-elle un ouvrage, portée par son imagination et son désir de liberté ? Tout à coup, sur les terrasses ultimes et plates des toits élevés, poussent des arbres exotiques – lianes, branchages, verdure généreuse et profuse. Un autre monde est possible, plus libre et instinctif, qui puisse s’enlacer à une existence trop modelée et cadrée. Contrebasse, accordéon, saxophone, la musique entête les cœurs. Un travail savant et extrêmement élaboré – presque trop -, mais si beau.

Véronique Hotte

Tout public dès 7 ans, Théâtre musical d’ombres et de lumières – Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes de Charleville-Mézières

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s