Comme une pierre qui… d’après le livre de Greil Marcus, adaptation et mise en scène Marie Rémond et Sébastien Pouderoux

Crédit Photo : Simon Gosselin, coll. Comédie-Française

comme une pierre qui - 9569_photo groupe montage

Comme une pierre qui…, d’après le livre de Greil Marcus « Like a Rolling Stone, Bob Dylan à la croisée des chemins », sur une idée originale de Marie Rémond, adaptation et mise en scène Marie Rémond et Sébastien Pouderoux

 

Avec le spectacle inouï Comme une pierre qui … d’après Greil Marcus, musicologue et spécialiste de Bob Dylan, Marie Rémond et Sébastien Pouderoux projettent sur la scène de théâtre un work in progress passionnant, soit une manière d’atelier d’application mouvementé autant qu’émouvant ou le laboratoire d’une session d’enregistrement historique de la chanson Like a Rolling Stone. Ainsi, l’œil du spectateur pénètre à la fois avec intérêt, curiosité et plaisir dans les méandres incertains des répétitions de toute création musicale. Le public médusé assiste à une chronique circonstanciée et presque minutée des aléas – ratés, faux départs, velléités infructueuses et empêchements frustrants, mais aussi et enfin, choix déterminés et carrés dans cet essai musical de libre improvisation jusqu’à son accomplissement somptueux. La rétention calculée de la réussite ménage ses effets.

En effet, la stratégie inventive marche sur des œufs. Due au hasard et à l’imprévu, elle est le lot de la création artistique et mène finalement à l’avènement de la prise finale d’une des chansons les plus mythiques, un standard du rock du siècle dernier. L’aventure de cette composition exceptionnelle – Like a Rolling Stone (1965) – est rapportée en 2005, sous le même titre, par le critique musical Greil Marcus qui consacre son ouvrage à cette expérience qui changera le destin du rock.                   Dylan est à la croisée des chemins, comme l’indique le titre de l’ouvrage de critique. En pleine crise identitaire américaine sur fond de guerre du Vietnam, le folk singer transforme sa rage en interrogation existentielle. Il représente alors le folk, situé politiquement à gauche – jeu de guitare sèche, chansons à message ou chansons engagées de portée politique, la protest song – Blowin ‘in the Wind ou The Times They Are a Changin’. Or, le protest singer se lasse des attentes cadrées de son public. Avec la préparation et la création symbolique de Like a Rolling stone, Dylan bascule, passe du côté du rock ou du folk rock et de ses instruments électrifiés, politiquement placés à droite. « Trahison », diront certains, du côté de ces « bouseux » de folkeux.

Pour raconter l’épopée musicale et scénique, les metteurs en scène prennent appui sur les quinze prises retranscrites dans le livre de Marcus, parmi les vingt-quatre de l’enregistrement. Se dégage pour l’observateur de ces musiciens en extase mais inquiets une impression d’anarchie et de chaos ; les interprètes ne savent s’ils appartiennent au rock, au folk ou à la poésie. Et pourtant l’histoire du rock s’en est vue bousculer définitivement pour les générations futures. Sur le plateau – enregistrement musical et théâtre pur -, se tiennent Dylan (Sébastien Pouderoux à la composition fulgurante de l’artiste en question), au piano, à l’harmonica et à la guitare, star autistique qui arrive forcément en dernier et qu’on ménage ; le « tueur » Mike Bloomfield (Stéphane Varupenne intensément habité et borderline), à la guitare ; Al Kooper (Christophe Montenez), fan de Dylan et auteur de chansons, guitariste qui se met à l’improviste à l’orgue ; Paul Griffin (Hugues Duchêne), musicien classique au piano et Bobby Gregg (Gabriel Tur), à la batterie. À la régie, se font entendre – une pression sur les artistes stressés – les hurlements du producteur Tom Wilson (Gilles David), dus d’abord aux exigences de rentabilité et d’audimat : la chanson fera six minutes, contre les trois commercialement prévues.

La représentation théâtrale est un bonheur scénique quand elle pénètre si savamment dans les arcanes énigmatiques de la création artistique, un avènement musical miraculeux et à nul autre pareil dans l’histoire du rock. Non seulement, l’époque est retraduite dans l’esprit, mais le spectacle la réactualise encore, à travers des questions posées, des mystères non élucidés pour les fans de Dylan. Qui est la femme légendaire comparée à une Rolling Stone ? La femme de Warhol – ce « Diplomate qui trimballait sur l’épaule Un chat siamois », ou bien encore « ce Napoléon en haillons » ? How does it feel ? Ça te fait quoi D’être toute seule Sans foyer Où aller comme une parfaite inconnue, une pierre qui roule…                                

Bravo pour cette célébration conviviale et création collective, théâtrale et musicale.

Véronique Hotte

Studio-Théâtre de la Comédie-Française, du 15 septembre au 25 octobre. Tél : 01 44 58 98 58

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s