Festival Interceltique de Lorient – Kreizh Breizh Akademi # 5 et Talabarte

Festival Interceltique de Lorient (FIL 2015 du 7 au 16 août)

Kreiz Breizh Akademi # 5 – Talabarte (Galice)

Kreiz Breizh Akedemi _5 @Eric Legret

Le trio Talabarte issu du Nord-Ouest de l’Espagne du côté de Saint-Jacques de Compostelle, formation classique et groupe contemporain galicien de folk music, est mené tambour battant avec le brio d’une interprétation rythmée – Quim Farinha au violon, Pedro Pascual à l’accordéon diatonique et Kin Garcia à la contrebasse.

Entre classicisme et tradition, les musiciens virtuoses imposent les arrangements créatifs de leurs propres compositions, révélant des sons nouveaux, des approches inouïes pour un répertoire généreux qui s’étend du jazz au folk, passant par le tango et faisant toujours la part belle à l’improvisation. Un mariage heureux à la gaieté communicative, entre folk et contemporain, danses traditionnelles espagnoles, valses et mélodies galiciennes, world music, sons jazzy, tango et sonorités balkaniques. Saluons la beauté et l’humilité de la rigueur inventive de ce trio.

La Kreiz Breizh Akademi s’appuie sur la transmission des règles d’interprétation de la musique modale (échelle, rythme, variation) à partir de la musique populaire bretonne. À travers un enseignement donné par des maîtres issus de grandes formes de musique modale du monde, les jeunes interprètes de musique contemporaine réfléchissent à la construction de cette langue, pratiquent l’ethnomusicologie appliquée, la dissection des écritures musicales innovantes dans une nouvelle approche de la musique savante.

Les musiciens s’engagent durant un an, dont six mois de création puis six autres en tournée. Ils se mettent en danger, hors du confort de leurs pratiques et certitudes. Issus des cultures de tradition orale ou des cursus de conservatoire, ils viennent aussi de diverses régions de France, une mise en abyme redoublée de la mixité revendiquée du collectif.

                                                                                                                                                                

Ce cinquième collectif de Kreiz Breizh Akademi est formé de douze jeunes musiciens et chanteurs sélectionnés par Erik Marchand – chanteur et clarinettiste, artisan orfèvre de la musique bretonne actuelle -, Hélène Labarrière et Christophe Le Menn. Ces grands élèves ont suivi, durant l’année 2014, une formation sur les règles d’interprétation de la musique modale. Le collectif # 5 est tourné vers les cordes frottées, soutenant aussi le chant de kan ha diskan des deux compères Youenn Lange et Jean-Luc Le Mouel, sous l’élan joyeux de dix instrumentistes avec vielle à roue, violons, gadulka, contrebasse, violoncelles et percussions inventives.

Erik Marchand, directeur pédagogique, transmet brillamment à la jeunesse des interprètes son goût de la recherche et de l’expérimentation musicales, depuis la culture traditionnelle bretonne – dont le chant breton qu’il porte lui-même sur les scènes – jusqu’aux Balkans et aux confins de l’Orient.

L’inspiration trouve son origine dans toutes les musiques populaires, influences tsiganes ou méditerranéennes, dont il cerne les affinités confrontées aux différences.

La cinquième promotion de la Kreiz Breizh Akademi donne vie à la singularité de sentiments musicaux qui mêlent l’esthétique des ensembles à cordes moyen-orientaux aux couleurs des musiques actuelles improvisées, en passant par le répertoire vocal de Basse Bretagne, tel qu’il évolue depuis plus d’un siècle.

Les musiciens étudient les théories savantes orientales, le maquam de Syrie et la pratique d’improvisation liée à un mode donné – répertoire breton ou forme savante.

Le spectacle est un enchantement musical et vocal, attentif au chant du kan ha diskan qui raconte les déboires des fiançailles et épousailles de la jeune fille Marie-Louise. Ce qui subjugue, la belle unanimité du chœur des archets frottant les cordes dans une savante lenteur contrôlée, le pittoresque attachant de la vielle à roue, les audaces hétéroclites des percussions débridées et le mystère envoûtant des pleurs graves et tremblés de la gadulka céleste, instrument originaire de Bulgarie.

Véronique Hotte

Kreiz Breizh Akademi # 5 – Talabarte, au Grand Théâtre, le 10 août

Festival Interceltique de Lorient (FIL 2015 du 7 au 16 août)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s