Le Crocodile, d’après Dostoïevski, traduction André Markowicz, mise en scène de Léo Cohen-Paperman

Le Crocodile, d’après F. M. Dostoïevski, traduction André Markowicz, adaptation Léo Cohen-Paperman et Lazare Herson-Macarel, mise en scène de Léo Cohen-Paperman
spectacle_13800
D’un ton burlesque et quelque peu ébahi, le narrateur Semione Semionitch (Lazare Herson-Macarel) débute ainsi le récit pétersbourgeois du Crocodile de Dostoïevski : « C’est le 13 janvier de l’année 1865, sur le coup de midi et demie, qu’Elena Ivanovna (l’épouse d’Ivan Matveïtch, mon savant ami et je puis dire : mon copain en même temps que mon petit cousin) éprouva le désir soudain de voir le crocodile que l’on montrait dans le Passage. » En ami de la maison, Semione Semionitch participe à cette sortie du couple où la première rencontre avec le monstre étrange laisse d’abord les visiteurs froids. Puis, s’élève un cri strident quand le narrateur contemple malgré lui une scène d’effroi bestial et d’horreur carnassière :
« Je vis, ô Dieu ! je vis l’infortuné Ivan Matvéïtch qui, saisi par le milieu du corps dans les terribles mâchoires du crocodile et soulevé, agitait horizontalement dans l’espace des jambes désespérées. Il disparut en un instant. »
Le propriétaire et manager allemand de l’animal exotique (Clovis Fouin) ne permet pas qu’on touche à sa bête vorace car le public affluent paiera une entrée à vingt kopeks pour voir ce spectacle inouï, une manne providentielle, une aubaine. Et plus étrange encore, la réaction de la victime engloutie, Ivan Matveïtch (Émilien Diard Detoeuf), qui exige qu’on considère les choses d’un point de vue économique strict. L’épouse du prisonnier (Morgane Nairaud) que le narrateur courtise ne comprend guère cet aspect de la réalité. Et l’amoureux de discourir sur les résultats bienfaisants de l’accumulation des capitaux étrangers dans la patrie, cela d’autant qu’il a lu le matin même des articles sur ce sujet dans Les Nouvelles de Pétersbourg.
Le récit est annonciateur d’une littérature moderne qui sonne l’avènement de ce qu’on a pu appeler historiquement « le reniement achevé de l’homme ».
Le récit est une parabole à la fois fantastique et comique sur la considération des problèmes socio-économiques qui évacuent d’emblée la question de la survie ou de la sauvegarde existentielle. Pour le metteur en scène Léo Cohen-Paperman, en cette période de naissance du libéral-capitalisme, le crocodile est à la fois propriété privée et source de revenus : il est donc inviolable. Mais comment libérer le prisonnier ? Désire-t-il sortir vraiment de sa prison, ou préfère-t-il penser, parler et être écouté ?
Une métaphore des servitudes volontaires auxquelles se soumettent les individus.
Le spectacle, coadapté par le metteur en scène et Lazare Herson-Macarel qui joue dans la pièce – il a monté l’année dernière avec bonheur Falstafe de Novarina dans le Festival In -, est conçu pour cinq acteurs qui vendent leur âme au diable, le temps d’une satire politique, un vaudeville cauchemardesque, un drame de l’absurde. Toutefois, la troupe ne fait pas dans la dentelle, mêlant et emmêlant les genres, cabaret hard, monstres de foire, cirque, tableau naïf de conte enfantin ou cauchemar, facéties à bon marché de comédiens à bout de souffle qui usent d’une belle énergie utilisée à mauvais escient, entraînant le spectacle dans la vacuité.

Véronique Hotte

Festival Avignon Off – La Caserne des pompiers, du 6 au 22 juillet à 15h, relâche le 17.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s