Sous la glace, de Falk Richter, mise en scène de Vincent Dussart

Crédit Photo : Corinne Marianne Pontoir
sous-la-glace_WEB-037
Sous la glace de Falk Richter (traduit de l’allemand par Anne Monfort – L’Arche Éditeur), mise en scène de Vincent Dussart

La Compagnie de l’Arcade, créée en 1993 et implantée en Picardie depuis 2001, défend un théâtre humaniste, un théâtre de texte penché sur la contradiction de l’être dans sa quête significative d’une identité et d’une relation au monde qui soit juste, en sondant et scrutant par exemple, les images du couple, de la famille et du travail.
Vincent Dussart s’attaque de cette manière, et comme naturellement, à l’écriture de Falk Richter, un grand dramaturge d’aujourd’hui, auteur et metteur en scène allemand rivé au réel, attentif à la contemporanéité occidentale, traquant sans complaisance ses paradoxes, ses égoïsmes – une humanité dévalorisée et perdue.
Sous la glace (2004) compose un des volets du projet plus ample Das System ; la pièce expose, avec une belle rage, l’érosion existentielle provoquée par la vanité et l’absurdité des expériences professionnelles de trois consultants d’une société d’audit. Les comédiens Xavier Czapla, Patrice Gallet et Stéphane Szestak, costume cravate et chemise blanche, jouent ces esclaves actuels et consentants, soumis à l’exigence âpre de résultats toujours croissants, pliant sous l’interdiction implicite car jugée dangereuse du moindre retour à soi – intimité, intériorité, vie privée.
La représentation commence par la mise en lumière scénique du plus âgé des trois, encadré, à égale distance, par ses deux collègues plus jeunes, placés à l’arrière, et dont la mission consistera pour l’heure à prendre sa place et à se débarrasser sans état d’âme de ce cador obsolète gisant nu, sur le plateau de théâtre. Ce dernier a été jeune aussi, et pour conserver son job, n’a pas hésité en son temps à éjecter de l’entreprise des cadres plus âgés, appréhendés comme moins battants, moins compétitifs et moins concurrentiels – dangereux pour le sacro-saint avenir menaçant. La roue du temps n’en tourne pas moins de plus en plus vite, et c’est au tour du tueur – un jeune loup vieilli – d’être montré du doigt comme looser, fini, dépassé, devenu historiquement un Has Been, et ainsi bon pour la remise puis la casse.
Ce héros déchu se nomme d’ailleurs Jean Personne, Mister Nobody, puisqu’il n’est pas, ne vit pas, n’est rien, uniquement dévolu à satisfaire ce qu’on attend de lui – ses parents jadis, ses supérieurs plus tard – afin de plaire toujours à l’autre, n’ayant pu faire le deuil de l’enfance pour se construire une vraie autonomie, n’ayant pas grandi.
Et puisqu’accéder à l’« être au monde » et à une existence pleine s’avère être plutôt un échec, il va bien falloir réussir sa propre conquête dans l’univers de l’« avoir ». Ce qui revient, dans la réflexion de Richter, à voir essorer le concept de Ressources Humaines comme un vieux torchon : s’animent alors des figures abstraites qui ne pensent qu’à l’acquisition de « biens » mal-nommés : « plus de revenus, plus de travail, plus de sexe, plus de process, plus de plans de communication, plus de belles voitures, plus de performances, plus d’évaluation, plus de rencontres interpersonnelles, plus de bouffe, plus, plus… » Plus d’argent, mais pourquoi ?
L’humanité a déserté la coquille de l’être, terrorisé par la menace du licenciement.
Sur la scène, la dénonciation politique, économique et sociale est portée, dans une rigueur claire, avec un grand panache et une désinvolture libre et sûre d’elle-même.
Sous la glace est l’exposition d’un show – sonore, musical et visuel –, un épisode spectaculaire de stridences et d’éclats, de jeux violents de lumières et de pluies sonores à travers des appels informatisés et des notes de guitare, terrorisant le moi.
Les acteurs, telles les figures manipulées puis déshumanisées qu’ils dénoncent, s’investissent dans un jeu scénique éblouissant– large déclamation vocale, danse gestuelle et synchro à la fois fébrile et tenue, cascade de chutes chorégraphiées.
Le souffle puissant de l’acharnement emplit le néant dévastateur de leur personnage : les tueurs sont tués sous le coup de leur propre énergie aveugle.

Véronique Hotte

Avignon Off 2015, Théâtre des Lucioles, du 4 au 26 juillet à 17h25

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s