Lord Byron par Daniel Salvatore Schiffer (inédit) Éditions Gallimard, Folio Biographies

Lord Byron, par Daniel Salvatore Schiffer (inédit), Éditions Gallimard Folio Biographies N°121, 368 p/ 9 euros
product_9782070449507_195x320
« Le grand objet de la vie est la sensation. Sentir que nous existons, fût-ce dans la douleur. C’est ce « vide important » qui nous pousse au jeu – à la guerre – au voyage – à des actions quelconques, mais fortement senties, et dont le charme principal est l’agitation qui en est inséparable. »
George Gordon Byron, « Lord Byron » (1788-1824), reste celui que l’Angleterre et l’Europe entière considèrent, de son vivant et dans les années qui suivirent sa mort, comme l’incarnation du génie poétique romantique.
Révolté contre la politique et la société de son temps, le poète est épris de liberté, un tempérament de droite aux idées de gauche : « À l’aube de sa vie publique, dans son discours sur les briseurs de machines à la Chambre des lors, il a clairement expliqué qu’il ne prenait la parole que parce qu’il avait une connaissance personnelle des malheurs du comté de Nottingham… et avait vu… ces malheureux « maigris par la faim, plongés dans un sombre désespoir, entourés de leurs enfants auxquels ils ne peuvent plus procurer de pain, même au péril de leur vie. » (Gabriel Matzneff)
À sa demi-sœur Augusta, le grand amour de sa vie, Byron proclame, à la fois lucide et serviteur d’une passion absolue : « Nous sommes les dernières personnes du monde qui devions ou puissions cesser de nous aimer. » À la naissance de leur fille, il adresse à la femme aimée un beau poème de la littérature anglaise, dont le titre I speak not, I trace not, I breathe not thy Name, constitue le premier vers : « Je ne prononce pas, je n’écris pas, je ne soupire pas ton nom/ Il y a crime dans cet amour, il y a douleur dans ce nom (…)/ Mais ce cœur qui t’appartient périra sans s’abaisser ;/L’homme ne brisera pas ce que tu peux, toi, détruire. »
Ce « ténébreux égoïste » est un homme de conviction, indépendant, sulfureux, facétieux, aimant les femmes et les hommes, adorateur de la Grèce et de l’Italie, sportif – résolument énergique contre l’évidence du handicap d’un pied-bot -, cinglant, exubérant, moderne enfin, comme en témoignent ses œuvres, Child Harold, Don Juan … Engagé dans la lutte pour l’indépendance grecque, il meurt à Missolonghi, à l’âge de trente-six ans. À un artisan de l’insurrection hellène contre les Turcs, il avoue : « La Grèce a toujours été pour moi ce qu’elle doit être pour tous ceux qui ont du sentiment ou de l’instruction : la terre promise de la vaillance, des arts et de la liberté. Le temps que j’ai passé dans ma jeunesse à voyager parmi ses ruines n’a nullement refroidi l’affection que je porte à la patrie des héros… »
Quand il retourne en Grèce – cette fois, pour combattre et défendre la liberté – il se dit affranchi de toute contrainte, et même du dandysme dont il se réclamait, plus jeune : « J’avais joué, j’avais bu, j’avais acquis mes diplômes en dissipations variées et, comme je n’étais ni pédant ni arrogant, nous allions pacifiquement de conserve. »
Un humanisme viscéral et les principes universels ont guidé sa vie, raconte Daniel Salvatore Schiffer : « Un de mes principaux buts, en venant en Grèce, était de soulager autant que possible les misères résultant d’une guerre aussi cruelle que celle-ci. Lorsque les principes d’humanité sont en jeu, je ne vois pas de différence entre les Turcs et les Grecs. Il me suffit que ceux qui ont besoin d’assistance soient des hommes, pour avoir droit à la pitié et à la protection de celui-là même qui pose le moins pour les sentiments humanitaires. » Un sens de la réflexion et de la répartie.
Une biographie passionnante, à la dimension littéraire et poétique de son héros.

Véronique Hotte

Lord Byron, par Daniel Salvatore Schiffer (inédit), Éditions Gallimard Folio Biographies N°121, 368 p/ 9 euros

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s