Le Mariage de Maria Braun, de Rainer Werner Fassbinder, mise en scène de Thomas Ostermeier

Crédit photo : Arno Declair

Die Ehe der Maria Braun Nach einer Vorlage von Rainer Werner Fassbinder Drehbuch: Peter Märthesheimer und Pea Fröhlich Regie: Thomas Ostermeier  Bühne Nina Wetzel Kostüme Ulrike Gutbrod, Nina Wetzel Video Sébastien Dupouey Musik Nils Ostendorf Dramaturgie Julia Lochte, Florian Borchmeyer mit Ursina Lardi, Moritz Gottwald  Copyright by Arno Declair Birkenstr. 13b, 10559 Berlin Telefon +49 (0) 30 695 287 62 mobil  +49 (0)172 400 85 84 arno@iworld.de Konto 600065 208 Blz 20010020    Postbank Hamburg  IBAN/BIC : DE70 2001 0020 0600 0652 08 / PBNKDEFF Veröffentlichung honorarpflichtig! Mehrwertsteuerpflichtig 7% USt-ID Nr. DE118970763   St.Nr. 34/257/00024 FA Berlin Mitte/Tiergarten

Die Ehe der Maria Braun
Nach einer Vorlage von Rainer Werner Fassbinder
Drehbuch: Peter Märthesheimer und Pea Fröhlich
Regie: Thomas Ostermeier
Bühne Nina Wetzel
Kostüme Ulrike Gutbrod, Nina Wetzel
Video Sébastien Dupouey
Musik Nils Ostendorf
Dramaturgie Julia Lochte, Florian Borchmeyer
mit Ursina Lardi, Moritz Gottwald
Copyright by Arno Declair
Birkenstr. 13b, 10559 Berlin
Telefon +49 (0) 30 695 287 62
mobil +49 (0)172 400 85 84
arno@iworld.de
Konto 600065 208 Blz 20010020 Postbank Hamburg
IBAN/BIC : DE70 2001 0020 0600 0652 08 / PBNKDEFF
Veröffentlichung honorarpflichtig!
Mehrwertsteuerpflichtig 7%
USt-ID Nr. DE118970763 St.Nr. 34/257/00024
FA Berlin Mitte/Tiergarten


Le Mariage de Maria Braun, d’après l’œuvre originale de Rainer Werner Fassbinder, texte du scénario Peter Märthesheimer et Pea Fröhlich, mise en scène Thomas Ostermeier

Le Mariage de Maria Braun (Die Ehe der Maria Braun), œuvre et synthèse des films majeurs de Rainer Werner Fassbinder des années 1971-1975, compose le portrait d’une femme qui tente de contourner les contraintes et aliénations que lui impose la société – celle de l’Allemagne des ruines de 1945 et du « miracle économique ». Le récit est un mélodrame adapté du roman éponyme de Gerhard Zwerenz dont s’inspire Fassbinder qui redécouvre les mélodrames hollywoodiens du cinéaste danois Douglas Sirk, et qui donne le rôle phare à la radieuse Hannah Schygulla.
Le metteur en scène Thomas Ostermeier et directeur de la Schaubühne de Berlin s’attache de son côté, à l’évocation de ces figures de femmes qui tentent avec plus ou moins de bonheur de se libérer de leurs chaînes privées et sociales, à travers Nora (2003) et Hedda Gabler (2006) de Ibsen ou La Vipère (2014) de Lilian Hellman. Si l’héroïne de La Vipère sort grandie économiquement, gagnante dans un drame de la famille et de l’entreprise, celle du Mariage de Maria Braun trouvera un sort moins heureux. Le spectacle de Ostermeier inspiré du film de Fassbinder et du scénario de Peter Märthesheimer et de Pea Fröhlich (2007) pose Maria comme la contemporaine active du renouveau économique allemand, une femme d’affaires cynique, luttant froidement face aux hommes : « C’est une mauvaise époque pour les sentiments… » Or, cette maîtresse femme est amoureuse d’un fantasme, le soldat Hermann, épousé en 1943, véritable fantôme de la Wehrmarcht. Maria forme en même temps un duo avec son amant, exemple de l’homme d’affaires européen, associé aux capitaux américains pour développer son entreprise et créer les conditions du miracle économique allemand. Auparavant, entraîneuse dans un bar, elle a rencontré un soldat noir américain qu’elle a éliminé au profit de son mari revenu de la guerre, et qui, assumant le crime de l’épouse, part en prison, temps de l’ascension de l’héroïne.
Mais Maria Braun a été dupe d’un marché conclu entre son mari et son amant … Prise entre le rêve et la réalité, elle ne s’abandonne pas moins à la loi du désir et aux exigences de la chair, tout en idéalisant son éternel mari absent. Ostermeier éclaire la part sensuelle de ce comportement féminin, en filmant avec humour, dans une belle distanciation, les ébats amoureux des personnages. La vidéo de Sébastien Dupouey filme d’abord des images de rangées d’enfants policés, puis d’autres vues du ciel, tout autant ordonnancées, d’avions militaires – une fresque historique spectaculaire de l’Allemagne sous les bombes et de Berlin en ruines, avec des rappels de l’ombre de Hitler. Puis, peu à peu, surgiront sur l’écran les symboles de la reconstruction urbaine et économique du pays, dont les immeubles d’habitation collective typiques des années cinquante. À la fin, on entend la bande sonore des hurlements de joie des supporters et des cris du speaker sportif commentant la victoire de l’équipe nationale contre la Hongrie (1954), un moment historique dérisoire où l’Allemagne humiliée retrouve sa dignité. La scénographie de Nina Wetzel impose un souffle large au plateau, sorte d’immense espace ouvert des années de la Reconstruction, avec ses quatre piliers de fer pour armature, fermé de longs et larges rideaux légers d’où les acteurs surgissent ou bien disparaissent. Le mobilier, fauteuils et bar des fifties pour les intérieurs chics, ou une simple chaise et table pour l’appartement modeste de la mère, représente une époque confiante et bien vite oublieuse d’un passé maudit. Les acteurs emportent largement la mise en déployant des jeux subtils – attitudes et silhouettes caractéristiques – dans cet espace vaste qu’ils s’approprient aisément. Les hommes, Thomas Bading, Robert Beyer, Moritz Gottwald et Sebastian Schwartz, jouent alternativement tous les personnages, notaire, juge, avocat, serveur, gardien de prison, dealer de marché noir, affairiste. Les comédiens savent aussi être – grâce à une simple perruque ou autre modeste accessoire –toutes les femmes de l’histoire, mère, amie, infirmière, femme de loi. Vifs et réactifs, ils traversent la scène à la fois avec brio et avec une évidence nonchalante, sûrs de leur jeu et d’eux-mêmes. Ursina Lardi endosse quant à elle, le rôle de Maria Braun, déterminée et rayonnante de grâce. Un Mariage au souffle théâtral stimulant et revigorant.

Véronique Hotte
Théâtre de la Ville, du 25 juin au 3 juillet. Tél : 01 42 74 22 77

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s