Peer Gynt – Henrik Ibsen, édition et traduction de François Regnault, Folio Théâtre, Gallimard

Henrik Ibsen – Peer Gynt, Édition et traduction de François Regnault, Éditions Gallimard, Folio Théâtre n°162, 9,50 euros, 416 p
product_9782070457670_195x320
François Regnault, éditeur et traducteur de Peer Gynt de Henrik Ibsen (collection Folio Théâtre chez Gallimard), considère cette pièce comme l’une des plus étranges du répertoire universel. Le dramaturge l’écrivit en Italie après avoir quitté la Norvège, lors d’un exil volontaire d’une durée de vingt-sept ans, une retraite partagée avec sa femme et leur fils.
À la demande du regretté Patrice Chéreau, metteur en scène extraordinaire qui monta Peer Gynt en 1981, François Regnault traduisit du norvégien le poème dramatique pour la scène, à l’écoute de la dimension historique, folklorique, poétique et littéraire de l’œuvre.
Dernier drame en vers (1867), Peer Gynt dont l’imagination est « lyrique, populaire, presque mythique, inscrite dans une dramaturgie ouverte, libre, parfois délirante, et de plein air » est à un tournant dans l’œuvre d’Ibsen qui passera à la prose pour l’univers clos de ses drames familiaux ultérieurs.
Selon le traducteur, tout dépend du talent du metteur en scène et de la disponibilité des acteurs qui interprètent à un seul ou à plusieurs ce rôle puissant « car il faut bien qu’ils se livrent corps et âme à cette immense fresque, ou farce, épique, carnavalesque, métaphysique et poétique. »
La question inaugurale de la pièce concerne le mensonge : « Peer, tu mens », première réplique maternelle, remplacée peu à peu par la question intérieure, « Qui suis-je ? », ou plutôt, « Suis-je moi-même ? » Un nouveau point de vue éclaire progressivement cette quête existentielle que François Regnault compare aux cases diverses d’un Jeu de l’Oie « où votre pion peut progresser, reculer, stagner, s’élever, s’abaisser, perdre la partie, et peut-être enfin la gagner, non en soi-même, mais dans le cœur de l’Autre, de la femme aimée. »
Être enfin comme soi-même en celle qu’on aime, réponse ultime ?`
La chère Solveig l’enjoint maternellement à rêver, tout en l’invitant à puiser ses forces dans sa foi à elle, dans son espérance et son amour.
Toutes les identités acquises en cours de route puis démenties doivent nécessairement être anéanties pour qu’advienne le soi authentique.
Peer Gynt est un voyage, une fuite en avant, « une initiation interminable, indéfinie, du héros pour découvrir peut-être qu’il n’est rien, que les thèmes ne sont que des masques qui cachent une vérité finale qu’il a fuie, sans s’en rendre compte, toute sa vie, malgré sa rencontre amoureuse, et qui est, finalement, peut-être, tout simplement, l’amour même. » Au-delà de cette aventure personnelle, constate l’éditeur et le traducteur, se dessine peut-être un questionnement secret sur l’homme moderne, perdu dans l’univers, ni bon, ni méchant, quelconque.
La philosophie serait que seul le chemin compte dans l’existence.
Pour le commentateur encore, Ibsen s’est façonné un héros érotisé, plein de désirs, mais qui ne trouve jamais le temps ni les moyens de les assouvir. Entre autres documents, cette édition livre des considérations de mises en scène significatives de Peer Gynt par leurs auteurs, Christine Berg (2014), Éric Ruf (2012), Sylvain Maurice (2008), Parick Pineau (2004), Stéphane Braunschweig (1996) et Patrice Chéreau pour lequel l’œuvre est pareille à « une vie, toute une vie, une vie entière, une vie ratée, la plus réussie des vies, une traversée, un apprentissage, une initiation… »
Et nous n’en finissons pas d’explorer à travers ce théâtre somptueux, les contrées rêvées.

Véronique Hotte

Henrik Ibsen – Peer Gynt, Édition et traduction de François Regnault, Éditions Gallimard, Folio Théâtre n°162, 9,50 euros, 416 p

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s