Oliver Twist de Charles Dickens, adaptation de Danièle Klein et Eric Dadelsen, mise en scène Olivier Mellor

Crédit photo: Ludo Leleu
Oliver Twist, d’après Charles Dickens, adaptation Eric de Dadelsen, Danièle Klein, mise en scène Olivier Mellor
OLIVER TWIST REF 2586
Le romancier anglais Charles Dickens (1812-1870) attire l’attention sur les problèmes sociaux de la misère de son époque dans l’humour et l’art du détail.
Avec entre autres œuvres, Oliver Twist (The Adventures of Oliver Twist 1837-1839), l’écrivain populaire décrit les méfaits – une posture implicitement subversive – de la métropole londonienne, cité moderne en voie d’urbanisation clairement annoncée.
Oliver Twist raconte l’histoire mélodramatique – abandon, terreur et misère – d’un orphelin qui, après avoir échappé à l’inhumanité et à la cruauté d’une maison de redressement anglaise, un hospice paroissial, tombe dans les mains d’une bande de criminels mais résiste vaillamment à leurs manigances, leur volonté de le corrompre.
La description noire des bas-fonds et de la pègre relève d’un réalisme brut, au-delà des scènes d’humour, laissant la bourgeoisie confinée à une psychologie sommaire.
La mise en scène d’Olivier Mellor, orientée jeune public, travaille à grands coups de maillet, n’hésitant pas à souligner le trait acide de la malignité des méchants, les faisant hurler en fieffées caricatures grotesques d’une gent indigne et terroriste.
Oliver Twist (Thomas Champlois et Léonard Jacquot, en alternance) ne bronche pas, atterré, figé et immobile, ne se pliant pas à la souplesse obligée qu’on attend de lui. Le pervers Monks, dont l’intérêt dans l’héritage paternel tient à l’anéantissement de son rival Oliver, est interprété avec une hargne appuyée par Adrien Michaux.
De même, sont clownesques, espiègles et caricaturaux, Bill Skies (Stephen Szekely), Fagin à la dégaine inénarrable (François Decayeux) et « le fin renard » (Jean-Christophe Binet), qui se fait aussi manipulateur de marionnettes à taille humaine, comme Marie-Laure Boggio, Marie-Angèle Moreno et Jocelyne Durand.
Dans cette vision collective de l’œuvre populaire, la Compagnie du Berger compte nombre de comédiens et musiciens, transcrivant « l’aspect foisonnant et tentaculaire de ce Londres du 19 é siècle, dans la fournaise de cette époque terrible où survivre et échapper à l’insalubrité et à la folie des hommes est un combat quotidien ».
La fresque pourrait être réadaptée dans ces mêmes données en notre 21 é siècle, si l’on considère les nombreux enfants errant dans les métros parisiens et les rues, victimes malgré eux d’un trafic honteux – mendicité, commerce et petits vols -, une entreprise pleinement contemporaine et internationale, au su et au vu de tous.
La scénographie de Noémie Boggio et Alexandrine Rollin est mobile : apparaissent les tours hautes d’un paysage urbain, les réverbères mal éclairés, les impasses sombres de coupe-gorges, l’intérieur d’un salon cossu, le repère du bandit et de son équipe avec son patchwork mural de mouchoirs ensanglantés, objets des larcins.
Évidemment, pour la direction musicale et la contrebasse, la basse, le sax baryton -, Séverin Toskano Jeanniard arpente la scène avec son orchestre, Romain Dubuis au piano, glockenspiel et melodica, Cyril « Diaz » Schmidt à la batterie, les percussions et les guitares, Boris Benezit aux flûtes et percussions, Louis Noble aux saxophones et Olivier Mellor lui-même au sax alto et la guitare. Toute une ambiance festive grâce à des chansons originales.
Ça swingue dru sur le plateau sombre d’Olivier Mellor, mais la griffe est efficace.

Véronique Hotte

Théâtre de l’Épée de bois à La Cartoucherie, du 4 au 28 juin. Tel : 01 48 08 39 74

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s