Entre les actes de Virginia Woolf, mise en scène de Lisa Wurmser

Crédit photo : Laurencine Lot
PhotoLot Entrelesactes51
Entre les actes de Virginia Woolf, adaptation et mise en scène de Lisa Wurmser

Un jour d’été 1939, pour le plaisir bourgeois de la famille Olivier, Isa et son mari, les amis et les habitués bruyants du domaine, se préparent à la réception d’une représentation théâtrale dans la campagne anglaise ; les habitants du village jouent rituellement dans le spectacle annuel.
La directrice de troupe et metteuse en scène, un rien sorcière, Miss La Trobe (Flore Lefebvre des Noëttes) surveille avec énergie la bonne suite des scènes, et ne supporte pas le plus petit événement qui ferait basculer le programme, les moindres interruptions du côté des comédiens approximatifs, comme du côté des spectateurs tête-en-l’air. Les amateurs retracent en tableaux l’histoire anglaise jusqu’à nos jours.
C’est dire qu’entre les actes, du côté du public comme encore des acteurs installés sur le théâtre de verdure, les apartés fusent, les aveux, les confidences, les espoirs qu’on aurait voulu taire ou ne pas connaître.
« Ses yeux, dans la glace, lui disaient ce qu’elle avait éprouvé la veille au soir pour le gentleman farmer ravagé, silencieux, romantique.  » Amoureuse « , disaient les yeux. Mais, tout autour, sur le lavabo, sur la table de toilette, parmi les boîtes d’argent et les brosses à dents, était l’autre amour ; l’amour pour son mari, l’agent de change –  » le père de mes enfants « , ajoutait-elle, tombant dans le cliché que fournissent si commodément les romans. L’amour intérieur était dans les yeux, l’amour extérieur était sur la table de toilette. » Ainsi parle tout fort Isa (Stéphanie Schwartzbrod), le double de Virginia Woolf, en quête inquiète d’elle-même, et qui aspire au silence : « Puisse l’eau me recouvrir.»
Un souhait prémonitoire que Virginia Woolf mettra à exécution plus tard, le 28 mars 1941, en se noyant dans une rivière.
Pour lors, chacun commente et proclame que l’amour et la haine, comme la paix, sont nécessaires au théâtre comme dans la vie.
Entre les actes, le dernier roman de Virginia Woolf, expose une compréhension poétique du monde, une vision littéraire et philosophique que Lisa Wurmser adapte pour la scène dans la fraîcheur et la gaieté avec sa troupe de comédiens joyeux. Il faut à tous explorer les relations entre le théâtre et la réalité, entre présent, passé et avenir.
Les acteurs Bernadette Le Saché, Gérald Chatelain et Nicolas Struve et tous les nombreux autres, enjoués et actifs, sont à leur affaire, riant, babillant, flirtant, flânant, s’inquiétant des avions de guerre dans le ciel.
Woolf ouvre le regard sur la famille, le patriarcat et l’Empire britannique, des piliers rigides de l’ère victorienne, dans une Grande-Bretagne sous le choc de la Grande-Guerre et à l’aube de la seconde guerre mondiale.
Chacun est à sa place, heureux pourtant de vivre en cet été éternel de vert paradis malgré tous les petits soucis et les petits empêchements.
La fresque vertigineuse – théâtre dans le théâtre -presque trop vivante s’embrouille parfois et se trouble, emportée par sa verve et son tournis, entre rappels oniriques de Tchekhov et comédie shakespearienne, entre farce et grotesque, entre jeu et rêve, vérité et mensonge, vie et théâtre.

Véronique Hotte

Vingtième Théâtre, du 23 avril au 14 juin. Tél : 01 48 65 97 90

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s