Essais choisis, de Virginia Woolf, traduction nouvelle et adaptation de Catherine Bernard

Essais choisis de Virginia Woolf, traduction nouvelle et édition de Catherine Bernard, Collection Folio Classique N°5895, Editions Gallimard, 9 euros, 544 p
01070365852
L’engagement de Virginia Woolf s’accomplit sans conditions à travers la littérature.
Articles de critique littéraire, essais esthétiques, pièces expérimentales, les Essais dévoilent le dialogue ininterrompu de l’auteure avec la littérature contemporaine anglaise et européenne, les dramaturges grecs de l’antiquité aux écrivains russes.
L’essai est pour Virginia Woolf un genre élaboré à la fois intime et universel.
La femme de lettres anglaise, sensuelle et visionnaire, prend appui sur un don d’observation à la fois personnel et impersonnel qui noue l’individu à la communauté.
La moindre impression est prétexte à une réflexion sur le moi, le monde, la nature, l’écriture, l’imagination, le sens, la vérité des épreuves et des expériences.
Catherine Bernard, spécialiste des essais de Virginia Woolf, propose ici une traduction nouvelle, Essais choisis de l’auteure, une trentaine sur un ensemble de cinq cents, qui témoignent non seulement de l’identité woolfienne d’historienne de la littérature et de théoricienne de la fiction, mais aussi de femme consciente de son époque, attentive à la vie politique de son temps et à la condition féminine :
« Ces pages témoignent d’une passion infinie : pour les mots, l’intelligence de la nature, le rire de Jane Austen, la fulgurance de la sensation, l’austérité de Conrad, la beauté violente du ciel, la pitié de Tchekhov.»
Les ouvrages, comme La Chambre de Jacob, Mrs Dalloway, Les Vagues, dégagent une audace d’autant plus évidente à la lecture de ces essais qu’ils révèlent un dialogue essentiel avec la littérature et le monde, avec la communauté des lecteurs.
Cette communauté est en même temps concrète et utopique, ancestrale et portée vers l’avenir, réceptacle atemporel de cette œuvre de femme qui se laisse aller librement à ses lectures vagabondes et passionnées, à la façon de Montaigne.
L’œuvre « plonge ses racines dans un passé multiple, celui de l’Europe, de Sophocle à Montaigne, de Defoe à Tolstoï, mais elle s’abandonne aussi à l’impression du moment. »
Comme Baudelaire, Woolf capte la fulgurance, la matière fugace et changeante de la modernité ; la contemporanéité urbaine et technologique d’un monde en mutation qui propose désormais des voyages en chemin de fer, de la lumière électrique, du cinéma, des automobiles, des avions, ce qui change la matière même de la sensation et de la perception. L’étoffe des rêves s’en voit bousculée et diversifiée, tournée vers une réalité nouvelle certes plus rude et chaotique mais qui nourrit une réflexion politique solide, ainsi la place centrale de l’individu dans la culture, comme « Des professions pour les femmes » ou « Souvenirs d’une coopérative d’ouvrières »
Quant aux « Considérations sur la paix en temps de guerre », qui clôt ces textes, il analyse le lien puissant et impensé entre la culture, l’instinct et la violence collective.
Dénouons nos liens pour nous ouvrir à l’esprit inventif qui combat l’instinct de mort.
Le bouleversement vécu est ressenti avec acuité avant que les impressions recueillies ne se replient encore vers des considérations intimes posées et reposées.
L’actualité de ces textes relève de la profondeur de champ accordée à l’observation et à la vision de la modernité, « immémoriale et toujours en devenir. »
Une auteure dont on ne finit jamais d’explorer les mille facettes contemporaines.

Véronique Hotte

Essais choisis de Virginia Woolf, traduction nouvelle et édition de Catherine Bernard, Collection Folio Classique N°5895, Editions Gallimard, 9 euros, 544 p

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s