Les Enfants du silence de Mark Medoff, mise en scène Anne-Marie Etienne

Crédit Photo : Cosimo Mirco Magliocca / Collection Comédie-Française
Les Enfants du silence (c) Cosimo Mirco Magliocca_ND33773
Les Enfants du silence de Mark Medoff, adaptation française Jean Dalric et Jacques Collard, mise en scène Anne-Marie Etienne

Privé totalement ou partiellement du sens de l’ouïe, le sourd provoque chez le bien-entendant – type humain standardisé perçu comme référent – soit la commisération pour le malentendant – type perçu comme différent -, soit l’admiration pour le détachement que celui-ci manifeste involontairement face au vacarme environnant.
Chez les sourds, la coupure passe entre ceux dont la langue maternelle est gestuelle, les sourds de naissance, et les autres, sourds partiels et malentendants.
Les Enfants du silence de Mark Medoff est un plaidoyer en faveur du droit à la différence et de la langue des signes, un film à Oscar de Randa Haines en 1986.
Au sein d’une école pour sourds et malentendants, un orthophoniste Jacques, qui œuvre à l’apprentissage de la langue parlée, se heurte à une ancienne élève Sarah, devenue femme de ménage qui refuse le principe d’une langue normative à laquelle les sourds devraient se soumettre. Dans une esthétique cinématographique où se succèdent de nombreux changements de décors, Anne-Marie Etienne met en scène avec habileté cette histoire d’amour, troublée par les codes sociaux des relations.
Elle crée un espace de discussions et de débats, un laboratoire de recherche pour mieux « vivre ensemble ». Le personnage rebelle et critique de Sarah – qui se perçoit intérieurement comme une création entre les mains des autres -, celle à qui on n’a cessé de dire qu’entendre était bien et que ne pas entendre était mal, exprime une révolte intime à l’attention de l’homme entendant qu’elle aime : « Tant que vous ne me laisserez pas être un individu, un « Je » comme vous, vous ne pourrez jamais venir dans mon silence, pour me comprendre, vous ne pourrez jamais ! »
La langue des signes permet à tous de parler du bout des doigts, et les comédiens de la Comédie-Française dont Françoise Gillard d’abord, qui joue la jeune sourde et Laurent Natrella, l’orthophoniste, ont appris la langue des signes durant un an.
Ce chemin malaisé des entendants vers les malentendants permet non seulement, grâce à la langue des signes, de parler du bout des doigts, mais exige un investissement immense qui nécessite de s’exprimer physiquement avec le corps.
L’émotion est grande d’assister à ces échanges parlés et signés, les interprètes se livrant entièrement à leur art et à leur cause naturellement humaniste, sensibles encore aux enjeux posés et engagés contre toutes les différences et les exclusions.
L’orthophoniste – apparemment du côté de la raison et de la sagesse – ne représente pas de façon simpliste, le salut ni le bien d’une cause entendue, il est perçu, à travers le talent et l’aisance étudiée de Laurent Natrella, comme un être blessé aussi de par son passé familial, qui aspire à une reconnaissance personnelle.
Sarah dit non, s’oppose, se défend jusqu’à l’exaspération : Françoise Gillard joue avec élan et fougue de sa gestuelle juvénile, une enfant têtue mais juste toujours.
La mère de Sarah (Catherine Salviat), statue de culpabilité – douleur rentrée et refus figé –, et l’avocat de la cause des sourds (Nicolas lormeau), se situent du coté des entendants, maladroits malgré eux.
Le directeur de l’institut (Alain Lenglet) joue les honnêtes hommes, intermédiaire entre les deux mondes, tandis que Denis (Elliot Jenicot) et Lydia (Anna Cervinka) parlent la langue des apprentis entendants, se situant des deux côtés de la fracture sociale, apportant un bel humour à la comédie.
Une mise en scène puissante, cadrée et calibrée dont l’intensité aigue dans le jeu des comédiens travaille à saper les préjugés et les « malentendus » sur la question.

Véronique Hotte

Théâtre du Vieux-Colombier, du 15 avril a u17 mai. Tél : 01 44 39 87 00/01

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s