Une Aventure par La Boca Abierta, auteures et interprètes Anne Kaempf et Lior Shoov

Crédit photo : Sileks
lba_hd08sileks
Une Aventure par La Boca Abierta, auteurs et interprètes Anne Kaempf et Lior Shoov, complicité artistique Michel Cerda

Artiste de cirque, équilibriste, comédienne de théâtre, accordéoniste, Anne Kaempf est tout cela à la fois, intense et lumineuse dans sa magnifique robe rouge tournoyante qui lui sied à merveille. Cette interprète est l’élément dynamisant et volubile, le moteur symbolique et nécessaire qui pousse à s’exprimer – parole et gestes – cette autre qui l’accompagne, pantalon clair et chemisier turquoise aérien, une comparse ébahie et perplexe, qui forme avec la première un duo clownesque féminin des plus poétiques et doucement extravagants. La partenaire scénique en question est une figure subtile implicitement comique : Lior Shoov est performer, clown, musicienne, chanteuse et improvisatrice, familière des arts de la rue et des frontières entre scène et espace public. Elle travaille d’abord à éveiller spontanément l’âme, en utilisant la transparence entre les êtres dans une relation immédiate, affectionnée de tous les saltimbanques. Aujourd’hui, chanteuse improvisatrice de rue ou de salle de concert, elle privilégie la musique et ses instruments tant hétéroclites qu’insolites – hang, ukulélé, harmonica, beat-box, body percussion, tambourins.
Anne Kaempf et Lior Shoov, la petite et la grande, se font les clowns de « l’instant roi », à saisir d’urgence avant de le laisser passer et de risquer de le voir disparaître.
Tel est le propos d’Une Aventure, un jeu sur le plateau, une expérience enjouée et risquée proche du vertige, de ses déséquilibres et de ses positions bancales.
Complices et confiantes, les artistes prennent appui l’une sur l’autre dans un numéro imprévisible – cabrioles, portés extravagants, équilibres à deux -, chantant, dansant, jouant de la musique, puis créant le silence pour s’invectiver finalement dans l’attente illusoire d’une réponse improbable. Puis, elles font patiemment voler ensemble leurs mains comme quatre ailes de deux papillons volatiles qui se suivraient dans la lumière d’un bel été. Les improvisations sur le plateau composent l’écriture scénique, le canevas d’un spectacle poétique, sous le regard éclairé de Michel Cerda.
Les relations existentielles de ce duo burlesque imprévisible font l’objet même d’Une Aventure, dans l’alternative d’une proximité ou d’une mise à distance calculée.
La saynète sur l’adresse lointaine est savoureuse : la comédienne, étonnée, est restée sur la plateau, tandis que l’autre, plus vive, s’est échappée dans la salle.
À la manière épistolaire courtoise, les interprètes s’interpellent, – « Chère Toi » -, et racontent leurs songes et désirs enfouis. Ce moment de théâtre inventif repose sur la délicatesse, tel un poème écrit à deux dont on percevrait les vibrations infimes.
On en souhaiterait même davantage dans le vif du sujet, beau matériau prometteur.

Véronique Hotte

Théâtre de la Cité internationale, du 23 mars au 14 avril. Tél : 01 43 13 50 50

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s