La Face cachée de la lune, musique des Pink Floyd, concert-spectacle de Thierry Balasse

Crédit photo : Patrick Berger

 hd01-plateau-la-face-cacheepatrickberger

La Face cachée de la lune, musique Pink Floyd, un concert-spectacle imaginé par Thierry Balasse, avec la complicité de Laurent Dailleau et Yves Godin.

Pour Thierry Balasse, praticien de la musique liée à l’électroacoustique, artiste inspiré par l’œuvre de Pierre Henry, l’album mythique du groupe britannique Pink Floyd – The Dark Side of the Moon – parcourt toute la richesse dimensionnelle du sonore, le chant, la musique instrumentale, le synthétiseur, le bruitage, la voix parlée.

L’album correspond à une révolution musicale conduisant la musique rock là où elle n’était jamais allée encore. Cette révolution musicale se faisait l’écho en même temps d’une prise de position philosophique radicale : « Don’t be afraid to care », « Ne craignez pas de vous soucier des autres. »

Roger Waters, bassiste et compositeur du groupe, fait allusion à une « expression d’empathie politique, philosophique et humaniste ». Le titre célébrissime Money évoquait déjà, il y a quarante ans, la prééminence des investissements pécuniaires sur la qualité des relations humaines.

Neuf musiciens ont retrouvé les instruments d’époque, le synthétiseur AKS, le piano Wurlitzer, ou la caisse enregistreuse qui scande le morceau Money, et le progrès technique aidant, ils font sur scène ce que les Pink Floy enregistraient en studio.

Le spectacle s’apparente à une figure du reenactement (reconstitution), une façon de réfléchir à l’histoire des arts. The Dark Side of The Moon a été enregistré à l’origine dans les mythiques studios d’Abbey Road à Londres en 1972, à une époque où se développe la lutherie avec les synthétiseurs analogiques, aussitôt balayée par le numérique des années 80.

Aujourd’hui, pour Thierry Balasse, le son est presque toujours numérisé avant d’arriver aux oreilles, alors qu’un synthétiseur analogique branché sur un système tout analogique donne des sensations inégalables. Le spectacle propose les timbres de cette époque, une sensation de qualité du son.

La scénographie donne vie à l’ambiance d’un studio, avec un placement inhabituel des instruments, les synthétiseurs et systèmes de bruitage sur le devant de la scène. La priorité est donnée par exemple, à des tintements de cloches lointaines, des balancements d’horloge sonore, des mécanismes familiers identifiables dans la mise en œuvre musicale du morceau Time.

S’accomplit à vue la reproduction du battement de cœur avec un chiffon noir froissé d’un coup sec au micro, l’installation artisanale du tempo de l’ensemble du spectacle. Les manipulations sont montrées en direct et dans le détail sur des écrans élevés. Pour la dimension ludique et la préparation de Money, une feuille de journal déchirée vivement et régulièrement au micro par le même musicien accessoiriste précède les bruits reconnaissables et métalliques de la feue caisse enregistreuse de notre enfance.

Ce réceptacle matériel privilégié de pièces sonores et trébuchantes à l’intérieur d’un bol métallique est remis à l’honneur sur le plateau par Thierry Balasse lui-même aux commandes d’un jingle de renommée planétaire.

Le maître de cérémonie est aux synthétiseurs analogiques Minimoog, synthi AKS et bruitages. Se succèdent des échanges entres synthétiseurs et claviers, des solos de basse ; chacun des musiciens a droit à son solo, Eric Groleau à la batterie, Olivier Lété à la basse, Eric Loher à la guitare, Cécile Maisonhaute au piano à queue, au synthétiseur Nordstage et au chant, Benoit Meurant aux synthétiseurs analogiques Minimoog et VCS3, Antonin Rayon à l’orgue Hammond, au piano électrique Wurlitzer et au chant. Saluons au chant les voix émouvantes de Yannick Boudruche et de Elisabeth Gilly.

Un retour lumineux dans le passé pour les anciens, une révélation pour les jeunes.

Véronique Hotte

Théâtre de la Cité internationale, du 7 au 10octobre.

2014
• 4 octobre > La croisée des Arts, St-Maximin la Sainte Baume (83)
• 19 & 20 novembre > Festival Automne en Normandie, Le Hangar 23, Rouen (76) • 22 & 23 novembre > L’Espal, Le Mans (72)
• 9 décembre > L’Apostrophe, Cergy Pontoise (95)
• 15 & 16 décembre > Vannes (56)

2015

• 8 & 9 janvier > Maison de la Culture, Bourges (18)
• 23 janvier > Théâtre de Sartrouville et des Yvelines, Sartrouville (76) • 28 janvier > Théâtre Municipal, Bastia (28)
• 31 janvier > Le Théâtre des Salins, Martigues (13)
• 6 & 7 février > Nuithonie-Equilibre, Fribourg (Suisse)
• 3 mars > Château-Rouge, Centre culturel, Annemasse (74)
• 5 & 6 mars > Espace Malraux, Chambéry (73)
• 10 mars > Le Dôme Théâtre, Albertville (73)
• 12 mars > Théâtre du Crochetan, Monthey (Suisse)
• 10 & 11 avril > Le Bateau Feu, Dunkerque (50)
• 14 avril > Espace Malraux, Joué les Tours (37)
• 19 mai > Opéra de Limoges (87)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s