Souterrain Blues de Peter Handke, mise en scène de Xavier Bazin

Crédit Photo : Gala Collette

 Souterrain blues

 

Souterrain Blues de Peter Handke, mise en scène de Xavier Bazin

 

«Tu tournes les pages comme si tu rendais service aux livres, espèce d’expert-comptable. Toi un lecteur ? Espèce de caricature. (…) Hé toi prends congé des livres. Tripote donc autre chose que des œuvres. Tripote ce qui te correspond. Tripote la télécommande.» Qui peut tenir un tel langage aussi coupant et méprisant, si ce n’est Peter Handke, l’un de nos plus grands écrivains contemporains, provocateur à ses heures, adepte de l’ironie, de l’humour noir et du sarcasme ?

Un homme de lettres dont l’œuvre exigeante et profonde irradie sens et sensibilité.

L’auteur de Souterrain Blues plonge dans les arcanes de la pensée de nos contemporains au sens le plus strict du terme car ce sont nos voisins voyageurs.

À l’honneur donc, les passagers du quotidien assis sur un siège ou une banquette de métro, à moins que ces drôles de vivants ne restent debout, confinés verticalement dans l’habitacle réduit d’une rame de métro, au moment de la fréquentation la plus intense où grouille vainement la foule anonyme qui rentre désespérément chez elle.

Ces frères d’un enfermement obligé et passager sont la cible même de l’ironie moqueuse de Handke, via le narrateur qui interprète « l’homme sauvage ».

Personne n’échappe à la vision cassante du personnage – l’admirable acteur Yann Collette dégaine ses sarcasmes avec calme et parcimonie, provocation et retenue.

Tous, aussi tristes, aussi amers et aussi peu éveillés soient-ils, à l’occasion de ce voyage sous la terre, en prennent plein la figure : les couples, les lecteurs, les travailleurs, les ressortissants de professions intellectuelles et les aveugles.

Qu’exige de la vie tout ce petit monde-là ? Que font-ils tous de leur existence ?

Il semblerait bien que ni le beau ni le bien ni les valeurs humanistes ne soient présentes alentour. Ces diatribes blasphématoires ne sont recevables dans leur gouaille culpabilisante et agressive qu’en ce qu’elles englobent leur énonciateur.

De lui-même, le narrateur se moque et s’amuse, insultant et prenant à témoin cet autre qu’il incarne aussi.

Ses invectives n’ont de légitimité qu’à partir du moment où elles prennent racine dans la fulgurance de l’amour de l’autre, l’amour de la vie et de sa lumière.

On ne hait bien que ce qu’on aime passionnément : «Va je ne te hais point », pourrait admettre notre bavard invétéré à son voisin de siège.

Mais ce passager désigné par les dieux pour porter la verve d’une parole libre n’en reste pas moins immensément abandonné, malgré lui, à un isolement cruel.

Heureusement surgit à l’improviste une jeune femme inattendue (Véronique Sacri), vivace et bruyante, décidée et paisible, qui secoue la misanthropie du bougon.

Elle prend place dans l’espace vide et s’installe : il n’en faudra pas plus pour que notre antihéros de rame de métro acquiesce et se soumette à la beauté entrevue.

L’espace sombre, métaphore du tunnel existentiel, prend enfin sa lumière de sortie.

 

Véronique Hotte

 

Avignon OFF – Collège de La Salle du 5 au 27 juillet à 11h45

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s