Cabaret Brassens, direction artistique de Thierry Hancisse, arrangements et direction musicale de Benoît Urbain

Crédit Photo : Cosimo Mirco Magliocca

 

Image 

Cabaret Brassens, direction artistique Thierry Hancisse, arrangement et direction musicale Benoît Urbain

 

Avec Cabaret Brassens que dirige avec un panache averti Thierry Hancisse au Studio-Théâtre de la Comédie-Française, de l’oreille aux lèvres, le public se réapproprie avec un réel entrain les chansons vert cru ou vert tendre de Georges Brassens, des textes facétieux qui ont bercé son enfance ou sa première jeunesse.

Et même si au milieu de l’inventaire poétique, se faufile un intrus qui n’en est pas un puisque ce marginal ne fait que commenter le sens profond de toutes ces chansons et puisqu’Il n’y a pas d’amour heureux, le poème de Louis Aragon chanté avec tout le feeling dont est capable Serge Bagdassarian assis dans un coin, la belle occasion festive de ces retrouvailles est encore un rendez-vous printanier avec des ritournelles dites classiques du patrimoine de la chanson poétique française, des histoires teintées de moquerie vindicative et de mélancolie sur les ratés de l’amour, un égrenage inspiré de fredaines douces-amères aux titres plus ou moins connus.

La musique de Benoît Urbain réactive celle de Brassens en lui apportant une note ludique et jazzy tant discrète qu’impérieuse. Bruno Urbain est au piano et à l’accordéon, Olivier Moret à la contrebasse et Paul Abirached à la guitare.

Avec la générosité de leur art, les musiciens jouent en harmonie avec le chœur des acteurs comme avec chacun en solo, ne faisant qu’un avec les airs et les paroles.

Le tempo est sûr, et il n’est pas une seconde qui ne soit perdue musicalement. 

Qu’il s’agisse de La Mauvaise Réputation, de La Ronde des jurons, de La File indienne, des Amoureux des bancs publics, du Gorille ou de La Femme d’Hector, les acteurs sont dans une forme physique et morale excellente où il fait bon de sentir le parfum des fleurs en bourgeon dans les squares.

Les comédiens chantent ensemble avec une gourmandise dans l’œil, le temps d’une comptine qui ne laisse personne dupe sur toute mauvaise intention, mais secoue et bouscule aimablement l’auditeur.

Le sourire ouvert et le regard taquin, les interprètes s’amusent et aiment à se divertir  : Sylvia Bergé, Éric Génovèse, Julie Sicard, Serge Bagdassarian, Hervé Pierre, Jérémy Lopez.

Unanimement singuliers mais semblables dans l’échange poétique, ces partenaires de la scène d’un soir savent s’apprécier dans la bonne humeur, une gaieté qui salue bien bas le métier d’exister.

Vêtus honnêtement de costumes et cravates pour les hommes, de robes habillées et chics pour les dames, les comédiens s‘unissent puis se séparent, donnant l’avantage à l’un puis à l’autre dans un partage collectif réjouissant où ils ne cessent de privilégier une écoute mutuelle et réciproque.

De vrais larrons en foire qui cacheraient leurs excès et se tiendraient courtoisement face au spectateur.

Pour l’auditoire, les redécouvertes de Concurrence déloyale, La Traîtresse, Je m’suis fait tout p’tit, Sauf le respect que je vous dois, Le Père Noël et la petite fille, La Fessée, Saturne, La Mauvaise Herbe, Le Mouton de Panurge, Misogynie à part, Les Oiseaux de passage répètent et multiplient les morceaux de plaisir et d’élan à chanter, les souffles revivifiants d’une parole libre portée haut et grave.

Musiciens, acteurs et public se reconnaissent dans cette époque révolue où la crise ne sévissait pas, un temps qui n’en finit pas de se réjouir d’une vie vindicative et victorieuse.

D’un siècle à l’autre, des années 60 aux années 20 desquelles on s’approche, chantons Brassens encore et toujours.

 

Véronique Hotte

 

Studio-Théâtre de la Comédie-Française, du 3 mai au 15 juin. Tél : 01 44 58 98 58

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s