D’après une histoire vraie, chorégraphie de Christian Rizzo

Crédit Photo : Christophe Raynaud de Lage

                               Image

D’après une histoire vraie, conception et chorégraphie de Christian Rizzo

 

Le chorégraphe Christian Rizzo a inventé D’après une histoire vraie, en voulant retrouver la même puissance masculine de groupe vue une fois à Istanbul dans un spectacle improvisé – un groupe d’hommes se livrant à une danse traditionnelle.

 

De famille italo-espagnole née au Maroc, Rizzo cherche son territoire à travers la danse : le contour méditerranéen est en lien direct avec son histoire familiale, mais cette donnée civile ne le préoccupait pas jusqu’alors. Le danseur a observé à Istanbul, avec le danseur Kerem Gelebek, les danses traditionnelles et les clans d’où ils ont pu étudier les motifs dansés : une fascination pour l’artiste en recherche.

 

Les huit danseurs masculins choisis pour le spectacle sont tous issus du pourtour méditerranéen. Ils sont accompagnés sur scène par deux batteurs, Didier Ambact et King Q4, une inspiration musicale mêlée de « hardcore » et de musique liturgique, pour une danse qui se situerait entre le djembé, le folklore et la danse post-moderne américaine, du côté de Steve Reich –, entre esthétique populaire et avant-gardiste.

 

La pièce dansée est magnifique d’humilité et de plénitude, un mélange dû à cette impression diffusée d’accomplissement individuel au profit du collectif.

 

Les danseurs portent des pantalons du quotidien, t-shirts ou chemises d’été, cheveux longs ou bien courts, s’associant de la sorte aux publics divers.

Ils ne posent pas la danse comme un écran personnel et un territoire intime à sauvegarder et qui sépare.

 

La banalité standard mais élégante des interprètes les mène à la pureté la plus nette dans le dessin des lignes. Selon les principes d’une danse tellurique, les danseurs courbent leur corps près du sol, virent en arrière, et suivent une spirale régulière qui les élève et les abaisse, successivement – attirés en bas par la loi de la gravité.

 

Le calcul de probabilités des mouvements engagés est variable à l’infini, il peut se renouveler sans jamais lasser : les interprètes donnent la sensation d’évoluer dans l’apesanteur, hors de la répétition des efforts et sans les prémices de l’essoufflement.

 

Ces danses sont partagées et appropriées par tous : les partitions d’un interprète, puis de deux, s’échangent, se recoupent, se regroupent pour une rencontre chorale pleine d’évidence et de grâce. Dans la reconnaissance des danses « archaïques » et traditionnelles, les mouvements individuels et collectifs sont amples : taper du pied et cultiver la douceur, lever les bras en l’air, tourner, joindre les mains…

 

Rien ne semble plus évident pour le spectateur, en même temps qu’essentiel et révélateur de la vie et du désir d’être là, pleinement. Danse détournée de derviches en rappel discret, la chorégraphie enchante par sa justesse et son trait sûr.

 

 

Véronique Hotte  

 

D’après une histoire vraie, chorégraphie de Christian Rizzo, au Gymnase Aubanel, les 12 , 13, 14 et 15 juillet 2013. Festival Avignon In. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s